Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2014

Test : Rule of Rose

rule of rose,survival horror

Support : PS2
 

Synopsis : L’action se déroule dans les années 30, en Angleterre. Au moment où notre histoire commence il fait nuit. Jennifer, une adolescente, est assise dans un bus qui la conduit on ne sait où. A l’intérieur du bus, un mystérieux petit garçon présente un cahier à Jennifer, et lui demande de lire l’histoire comptée dans l’ouvrage. 
Mais le cahier ne contient presque que des pages vides. Au moment où notre jeune héroïne s’en rend compte, l’enfant fuit hors du bus qui était alors à l’arrêt, en pleine campagne. Jennifer sort aussi et part à la recherche du garçon.



Description : Rule of Rose est un Survival Horror entièrement en 3D, dans lequel on dirigera la jeune Jennifer.

L’adolescente sera accompagnée d’un chien pendant quasiment toute l’aventure.

Les évènements prendront, entre autre, place dans un orphelinat. Jennifer évoluera principalement dans des environnements cloisonnés, constitués de couloirs et de pièces.


Dans l’absolu, la progression est assez classique pour un Survival Horror, et mêle phases d’investigations, combats en faible dose, et énigmes. Le mot « énigme » est quand même un peu fort, car on se trouvera surtout face à de jeux de pistes plutôt qu’à des casses têtes. Ces jeux de pistes mettent en scène le chien qui accompagne Jennifer. L’adolescente n’a qu’à faire sentir à l’animal un objet de l’inventaire, pour que la bête révèle une trace grâce aux odeurs. Les différentes traces que l’on mettra à jour mèneront soit à des lieux importants pour la progression, soit à des objets cachés.


L’aventure est découpée en chapitres. On en compte une dizaine. Dans chaque chapitre Jennifer aura une mission à mener à bien ; mission qui se terminera parfois par un combat contre un boss.


Du côté du gameplay on est dans le méga old-school. La maniabilité de Jennifer est carrément rigide est fait irrémédiablement penser à celle des 1ers Survival Horror comme Resident Evil (1) sur Playstation.


Au niveau de l’ambiance, Rule of Rose fait penser à un mix entre les jeux Silent Hill,  les films de Tim Burton et les œuvres de Jules Verne. L’univers est plutôt macabre, et propose de très nombreux renvois au thème de l’enfance.

 

Avis : Malgré le gameplay archaïque et la relative pauvreté des décors, Rule of Rose a véritablement réussi à m’embarquer.

C’est sûrement d’abord grâce à son ambiance que le jeu m’a scotché. Cette ambiance est servie par un level-design simple mais angoissant, et surtout par les somptueuses mélodies qui rythment la progression. Les quelques splendides scènes cinématiques qui ponctuent l’aventure y sont aussi pour quelque chose, car c’est, entre autres, elles qui donnent le ton malsain au jeu.


J’ai également beaucoup apprécié le système de jeu de piste avec le chien. Même si il semble simpliste, ce système demande de faire marcher ses neurones car il implique une certaine organisation, notamment pour l’ordre dans lequel on fait sentir les objets au chien. Certes il faut faire de nombreux allers-retours pour être sûr de ne louper aucune piste dans un chapitre, ce qui peut devenir rébarbatif… mais je n’ai personnellement jamais ressenti de lassitude, tant j’ai été pris par le scénario ; scénario qui pousse toujours à avancer pour essayer de trouver une signification aux évènements dont Jennifer est à la fois témoin et actrice.


Au rang des critiques, on peut tirer sur le gameplay, qui peut poser des problèmes pendant certains combats, ou contre les boss. Mais, paradoxalement, ce gameplay archaïque donne aussi son charme au jeu.
Et puis, étant donné la très grande quantité d’objets de soin disponibles, aucun passage de combat n’est vraiment ardu. Je dirai même que le jeu est plutôt facile, si on fait attention à enregistrer régulièrement et, surtout, si on cherche avec le chien absolument tous les objets cachés. En tous cas, le joueur qui aura fini quelque Silent Hill ou Resident Evil n’aura absolument aucun problème pour arriver au bout de l’aventure. Par contre, pour obtenir la vraie fin de Rule of Rose, qu’il soit expérimenté ou non, le joueur devra faire marcher quelque peu ses méninges…

 

Verdict : Rule of Rose est un Survival Horror de seconde zone, la faute à un gameplay d’un autre temps et à une réalisation un peu légère. Mais malgré ces défauts, le jeu m'a mis une bonne petite claque grâce, notamment, à son ambiance aux petits oignons et à son scénario complexe. Une très bonne surprise. Un jeu qui marque.Afficher l'image d'origine

Commentaires

Ce jeu m'a vraiment marqué, j'ai rarement eu l'occasion de savourer une histoire aussi bien ficelée, mystérieuse et sombre. Mais surtout, je trouve que c'est le jeu le plus malsain que j'ai jamais vu, plus encore qu'un silent hill car ici le pire est suggéré de manière très subtile (la relation entre le professeur et sa fille notamment), et pas montré crument. De plus ce jeu touche à l'enfance, qui jusqu'ici était relativement épargnée. Pour bien cerner le scénario il est aussi impératif de faire très attention aux détails, aux descriptions que Jennifer fait des objets qui l'entourent, et donc de farfouiller un peu partout, de revisiter certaines salles : j'ai beaucoup aimé ces phases d'exploration dans le but de comprendre le pourquoi du comment dans ce jeu, alors qu'ils m'avaient pas mal lassés dans haunting ground (qui est assez similaire à rule of rose sur pas mal de points). Mis a part la maniabilité pas vraiment au top, ce jeu est pour moi la quintessence du survival horror psychologique, une véritable perle noire. Je regarde plus du tout les gamins de la même façon depuis ^^

Écrit par : Josh40 | 25/03/2011

Idem que toi, comme l'atteste mon test et la note, ce jeu est loin d'être un canard boiteeux comme on aurait pu le croire avec les notes de la Presse spécialisée.
Les problèmes de gameplay l'empèchent d'atteindre le haut du pavé du Survival, mais même avec ces lacunes Rule of Rose a réussi à me happer.
Idem que toi, j'ai pas du tout aimé Haunting Ground à cause du système de jeu qui ne laisse pas le temps d'apprécier l'exploration, même si, objectivement, c'est un bon jeu.

Écrit par : zivaboy | 25/03/2011

Note que si haunting ground n'est pas un mauvais jeu, on a sérieusement l'impression que les développeurs se sont dit " Bon, on a notre héroïne blonde aux gros seins, qu'est ce qu'on va en faire ? Oh, si on la faisait courser par une bande de psychopathes dans un château gothique ? Banco !"

Écrit par : Josh40 | 25/03/2011

Je ne pense pas que l'idée de départ soit mauvaise, c'est juste que le concept n'est finalement, une fois la manette dans les mains, pas intéressant car beaucoup beaucoup trop frustrant.

Écrit par : zivaboy | 25/03/2011

Les commentaires sont fermés.