Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2010

Test : The legend of Zelda : Link's Awakening

zelda,link's awakening,game boy,gb

Support(s) testé(s) : GB / GBC


A savoir : La version Game Boy est en noir et blanc. La version Game Boy Color (DX) dispose une palette de couleurs (réduite) et propose un petit palais supplémentaire.

Synopsis : Link revient d’un long voyage et vogue en mer sur son voilier. Une tempête éclate détruisant le navire. Le petit elfe perd connaissance et échoue sur la plage de ce qui parait être une île. Il est alors retrouvé gisant sur le sable par une jeune femme qui le recueille.

Description : The legend of Zelda : Link’s awakening est un Action RPG. Les décors et personnages sont en 2D et le jeu est vu de haut, dans la pure tradition des Zelda classiques. Link aura à sa charge de parcourir les huit palais de l’île Cocolint pour récupérer autant d’instruments de musiques magiques. Ces instruments sont nécessaires pour rencontrer le Poisson Rêve, un être suprême mi dieu - mi animal qui pourrait aider Link à rentrer chez lui.
Link’s awakening ressemble beaucoup à A Link to the past. Le style graphique est quasi identique, les armes et objets des 2 jeux se ressemblent. Les mécanismes dans les palais sont à peu prés les mêmes, avec quelques nouveautés quand même, dont l’apparition de mini-boss à mi-chemin.
Link’s awakening se démarque quand même des autres épisodes de la saga en proposant une ambiance plus onirique, un peu à la manière d’un Majora’s Mask.
A noter que certains courts passages sont vus de côté, et joués comme un jeu de plate-forme classique.

Avis : Link’s awakening promet une aventure assez simple, courte, mais dense en matière d’événements et riche en émotions. La petite île de Cocolint renferme de nombreux secrets qui donnent au titre toute sa profondeur et son intérêt. Le level design est travaillé de façon à donner de l’envergure à l’île malgré une aire de jeu assez réduite. Les palais ne paraîtront pas tous difficiles pour celui qui connaît bien des épisodes comme A Link to the past, mais ils ont un intérêt et ne sont pas dénués de charme. Car c’est surtout ça qui fait la force de ce Zelda encore aujourd’hui, son charme, inégalé sur Game Boy et Game Boy Advance. Même les Oracle of, ou les épisodes de la saga des Golden Sun ne sont pas tout à fait en mesure de rivaliser sur ce point.
En outre, Link’s awakening a particulièrement bien vieilli. Le titre doit certainement ceci à son style graphique un peu rondouillet et surtout très propre, comme dans A Link to the past.

Verdict : Tout comme A Link to the past, Link’s awakening a très bien vieilli et propose une aventure absolument prenante. Son charme fou (surtout pour la version originale n&b) et son accessibilité font qu’on ne peut que l’apprécier.

Afficher l'image d'origine

Commentaires

Bon petit test. Peut être pas assez étoffés puisqu'il y a pour moi quasiment autant à dire de ce jeu que ALTTP.

En fait, ce qui est impressionnant à mon sens, c'est que LA est pour moi équivalent à ALTTP, lui sortie sur console de salon 16bit.
Le gameplay est très intuitif surtout quand on sait que la gameboy n'a que 2 pauvres boutons en + du start et select. Et niveau originalité, cette opus fait fort, en proposant d'ailleurs les sauts ( MANUEL et pas automatique, dieu merci ).
Le jeu est pas extremement long, mais pour un jeu gameboy, j'ai trouvé que c'était largement suffisant.

Et il a effectivement pas du tout vieilli. Je l'ai fais avec une dizaine d'année de retard, et pourtant, je pense qu'il s'agit de mon Zelda préféré. Et ce n'est pas pour copier le Hooper ou Grenier, c'est juste que c'est probablement le Zelda le plus magique.

Écrit par : Ouroboros | 15/01/2013

Les commentaires sont fermés.