Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2010

Test : Landstalker

landstalker,ryle,megadrive,action rpg

Support(s) testé(s) : MD

 

Synopsis : Ryle est un jeune elfe chasseur de trésors. Un jour, alors qu’il revient d’une de ses aventures, Ryle tombe par hasard sur une petite fée ailée, Friday, qui a besoin d’aide car des truands sont à sa poursuite. Ils veulent capturer la petite fée car elle détient le secret qui permettrait de trouver le légendaire trésor du Roi Nole.


Ryle et Friday décident alors de fuir ensemble, et de partir à la recherche du trésor.

 

 

Description : Landstalker est un Action RPG en 3D isométrique. On dirige Ryle durant toute l’aventure. En dehors de la 3D isométrique, Landstalker reprend le même schéma global que The legend of Zelda : A Link to the past : on parcours des plateaux où l’on combats des monstres en temps réel, on visite des villages, et on traverse des donjons (châteaux, grottes, etc.) mal famés dans lesquels il faut résoudre bon nombre d’énigmes. Les énigmes, basées sur le modèle « déplacer un bloc sur un interrupteur », se complexifient grandement au fil de l’aventure. En outre, tout comme dans Zelda 3, on trouvera des armes et objets qui serviront à se battre et à progresser.


Mais, à noter que, contrairement à Zelda 3 qui proposait de récupérer beaucoup d’outils, ici on trouvera surtout des pièces d’équipement comme des bottes qui permettent de marcher sur certaines textures par exemple.


Autre caractéristique de Landstlaker : les phases de plates-formes. En effet, que ce soit en extérieur ou dans les donjons, Ryle devra souvent progresser en hauteur, sur des piliers ou des plates-formes mouvantes. Les phases de plates-formes peuvent parfois être difficiles à gérer du fait de la 3D isométrique. Il faut parfois faire un effort de représentation en vraie 3D des éléments visible à l’écran.


Sinon, on peut dire que Landstalker est un jeu d’Aventure avec un grand « A », avec beaucoup d’exploration qui amène à trouver de nombreux trésors cachés. Cet aspect aventure, est renforcé par le fait que le monde parcouru (une île) est très vallonné, même montagneux. Ca permet de varier les paysages, ça donne l’impression de voyager.


En dehors de ça, et comme je le disais précédemment, on retrouve plein d’éléments apparus dans les Zelda, comme le système des réceptacles de cœur, qui permet d’améliorer l’attribut vie de Ryle.
A noter que l’univers de Landstalker est heroic fantasy, comme son concurrent Zelda 3 sur Super Nes. Mais l’ambiance du jeu est plus sombre que dans A Link to the past.


Autre différence entre les 2 titres : dans Landstalker la progression est plutôt linéaire (sans être réduite à un mode couloir), on va vers l’avant, on change de village, alors que dans A Link to the past, tout était centré sur des lieux où l’on revenait souvent, comme le village Cocorico par exemple.

 

 

Avis : Landstalker a tout du très grand Action RPG, mais il a un peu vieilli, plus que son rival indirect, The legend of Zelda : A Link to the past.


Techniquement il a pris une sacrée claque par rapport à ses comparses 16 bits. Graphiquement ça reste relativement fin, mais c’est répétitif. Et le level design, en réalité très bon, donne malheureusement aussi une impression de répétitivité, à cause de cette uniformité graphique.


Du côté de la bande son, les musiques sont assez casse-couilles, car elles sont trop agressives et redondantes, avec un son Megadrive aujourd’hui, assez strident. En tous cas elles sont plus difficiles à digérer que celles de Story of Thor ou que les bien sympathiques mélodies de Soleil.


Malgré ça, Landstalker reste l’un des jeux phares du genre Action RPG, l’un des indispensables, au même titre que A Link to the past.

Ludiquement, on est toujours dans du Zelda-like de très haute qualité. L’aspect aventure, chasse au trésor, est bien mis en avant, et moi c’est ce que j’aime dans les Action-RPG.


Par contre, pour un jeune joueur, la difficulté du titre risque d’être un frein. Landstlaker n’est pas non plus infaisable, mais il est fréquent de mourir, et les phases de plates-formes peuvent parfois être très énervante.

 

 

Verdict : Landstalker est un jeu phare du genre Zelda-like, même si il a un peu vieilli.

Afficher l'image d'origine

 

Les commentaires sont fermés.