Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2010

Test : Skyblazer

skyblazer,super nintendo,plate-forme,sony,megaman,gargoyle's quest

Support(s) testé(s) : SNES

Synopsis : Jadis, une bataille fit rage entre les forces du bien et Ashura, une sorte de dieu de la guerre surpuissant. Heureusement, les forces du bien triomphèrent grâce au valeureux Skylord.
Mais, des années plus tard, un démon parvient à réveiller Ashura, ce qui remet le chaos sur la planète. Et ce n’est ni plus ni moins que le descendant du héros Skylord, du nom de Sky, qui endosse le rôle de sauveur et part combattre les forces du mal.

Description :
Skyblazer est un jeu de plates-formes en 2D, avec une vue de profil. Mais le réduire au simple rang de jeu de plates-formes ne suffit pas : on parlera plutôt de jeu de plates-formes/action/aventure. Le titre est à mi-chemin entre un Megaman et un Gargoyle’s Quest.
Megaman, d’abord, parce que l’on dirigera Sky au travers de niveaux qui se termineront souvent par un combat contre le boss du coin ; boss qui lâchera une nouvelle arme à Sky en mourrant. Chaque arme servira dans les niveaux suivants, pour se sortir de situations difficiles. Je parle d’armes, mais en réalité il s’agit de sorts, comme celui qui permet de lancer des arcs de feu, ou de se remettre de la vie, ou encore de se transformer en Phoenix pour voler. L’utilisation de chaque sort sera limitée par une jauge de magie, qui rappelle un peu la jauge de tirs spéciaux des Megaman.
Le parallèle avec Megaman peut être aussi fait parce que Skyblazer est très axé action : ça bouge, ça tire et ça frappe de partout, même si on ne tombe jamais dans le Shoot and Jump.
Dernier élément de Skyblazer qui m’a fait pensé à Megaman, ou plutôt à Megaman X, c’est le 1er niveau, quasi didacticiel, qui se termine par un combat contre un boss qui terrassera notre héros en 2 temps 3 mouvements. Don’t worry, c’est dans le scénario, Sky sera sauvé par quelqu’un. En tous cas, ça ressemble beaucoup au tout 1er niveau de Megaman X dans le principe, avec Megaman qui se fait terrasser par l’un des sbires du Dr. Cossack, puis sauver par Zero.
Je l’ai dit plus haut, il y a aussi quelque chose de Gargoyle’s Quest dans Skyblazer. Même si on pourrait faire le parallèle avec l’obtention de nouveau sorts, comme avec Megaman, ce n’est pas ce qui ce qui me ramène le plus à Gargoyle’s Quest. Non. C’est surtout les histoires de mappemonde, la progression générale qui me fait faire le lien. En effet, dans Skyblazer, on passera par une mappemonde vue de haut pour faire la jonction entre les différents niveaux qui sont, eux, vus de profil et se jouent comme on joue un jeu de plates-formes. Et puis, il y a cette manie de Sky à s’accrocher aux murs, un peu à la façon de la gargouille de Gargoyle’s Quest. Enfin, les 2 titres ont en commun une jaquette absolument pourrie, mais, comme ils ne sont pas les seuls…
Parlons maintenant un peu de l’univers de jeu. Les différents thèmes des niveaux sont assez variés (forêt, chutes d’eau, temple de glace, tour), mais ils sont tous liés par une ambiance commune, celle de l’Inde. On retrouve ce thème de l’Inde dans l’architecture de certains temples, dans les boss qui sont inspirés de divinités indoues, mais aussi dans certaines sonorités des musiques.
Pour finir, on peut évoquer la possibilité de sauvegarder sa progression via des mots de passe. Heureusement d’ailleurs, car le jeu n’est pas ultra facile. Le truc marrant avec cette histoire de mot de passe, c’est que les codes sont formés à partir des symboles des touches de la futur manette Playstation (croix, triangle, etc.). N’oublions pas que le développeur de Skyblazer c’est….Sony !

Avis : Skyblazer est un jeu à l’intérêt énorme, même encore aujourd’hui. Il vaut largement les meilleurs Megaman/MegamanX sortis sur 8 et 16 bits. L’aventure est à la fois excitante et marquante.
Excitante, d’abord. Avec un level design aux petits oignons, une fluidité d’action impressionnante et une difficulté parfaitement dosée, bien que parfois un tout petit peu trop haute.
Marquante, ensuite avec son ambiance indoue et ses musiques rythmées et entraînantes aux mélodies qui restent en tête. D’ailleurs, la bande son du jeu est certainement l’une des meilleurs que je connaisse pour un jeu de plates-formes.
Et puis, l’aventure est assez diversifiée. On nous fera courir, grimper, nager et voler au travers de niveaux aux structures bien différentes, que ce soit des hautes tours, des temples sous-marins ou des rivières de lave.
Attention cependant, pour les novices de la plate-forme oldschool le jeu me parait un peu trop difficile.

Verdict : Même si on ne parle pas souvent du titre aujourd’hui, ce Skyblazer est l’un des meilleurs jeux de plates-formes 2D que je connaisse. C’est fun, excitant et happant.

Afficher l'image d'origine

 

Les commentaires sont fermés.