Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2010

Test : Ristar : The Shooting Star

ristar_screen001.jpg

Support(s) testé(s) : MD / PS3

Synopsis : De viles créatures ont envahie le système solaire. Ristar, la petite étoile filante, part à la rescousse de chacune des planètes du système.
 
Description : Ristar est un jeu de plates-formes classique assez proche des Sonic. C’est normal puisque l’équipe de développement du titre est la Sonic Team.
Au menu : 2D, vue de profil, ennemis à détruire et trous à éviter. Quoique…il ne me semble pas qu’il y a des gouffres durant l’aventure. On rencontrera plutôt des pièges en tous genres comme des piques acérées ou des flammes ardentes.
Au cours du jeu, on traversera plusieurs planètes aux thèmes différents (plateaux verdoyants, monde sous l’eau…), chacune découpée en 2 levels et un boss.
La grande spécificité du jeu réside dans le gameplay. En effet, Ristar, la petite étoile filante que l’on dirigera pendant l’aventure, peut étendre ses bras à la manière d’un Dhalsim pour attraper n’importe quoi et foncer dessus tête la première. On usera de ce système pour se débarrasser des ennemis (en leurs donnant un bon coup de boule au passage), mais également pour agripper des perches ou des échelles de manière à passer différents obstacles.
Que dire d’autre, sinon que l’ambiance est bon enfant, avec un univers aux couleurs pastel et des ennemis tout rondouillets.
Mais attention, cette naïveté apparente cache un jeu d’une grande difficulté notamment lors de rencontres avec des boss.

Avis : J’avais un excellent souvenir de Ristar ; jeu qui m’avait volé pas mal d’heures de ma jeunesse. Je le voyais comme l’équivalent (voir plus) d’un bon Sonic. Par contre, je n’étais jamais vraiment allé loin dans l’aventure à cause de la difficulté. Il me semble que mon maximum de progression fut le 3ème ou le 4ème monde.
Quoiqu’il en soit, j’ai refais le jeu très récemment grâce à la compilation Sega Ultimate Megadrive Collection sur PS3, et j’ai vraiment été déçu.
Grace au système d’enregistrement de la PS3, je suis allé au bout de l’aventure, mais j’en ai bavé (au moins une centaine de boots). J’en ai bavé essentiellement à cause du gameplay. Celui-ci est un tout petit peu trop imprécis. Ca passe pour les 1ers niveaux, mais ensuite ça devient trop limité pour pouvoir réagir face aux multiples pièges et ennemis. Aucun passage n’est véritablement ardu en soit, sauf peut être 1 ou 2 boss (dont le final), mais, tout comme dans le 1er Sonic, on se blesse extrêmement facilement et on perd vite ses quelques vies… c’est énervant.
En outre, le level design qui me semblait intelligent à l’époque, m’a paru particulièrement fade aujourd’hui, surtout comparé à celui des Sonic.
J’ai eu aussi ce sentiment de déception au niveau des décors que j’ai trouvés souvent de mauvais goût, alors qu’ils étaient enchanteurs dans mes souvenirs. Les graphismes sont d’ailleurs, finalement, moins propres que dans les Sonic Megadrive.
Pour finir, en dehors du thème principal, et de la bande son d’1 ou 2 niveaux, l'OST n’a rien d’exceptionnel.
Reste néanmoins un jeu original, avec un degré de finition au dessus de celui d’un Cool Spot par exemple, qui propose quelques passages bien intéressants et de nombreux secrets à découvrir comme des levels bonus.

Verdict : Ristar faisait vraiment meilleure mine dans mes souvenirs que quand j’y ai rejoué récemment. J’ai été bien déçu par ce jeu qui m’a plus ennuyé qu’amusé. En cause : le gameplay juste un chouilla trop imprécis, le level design fade, et une progression un peu lourdingue. A faire éventuellement pour les 1ers niveaux.

 

Les commentaires sont fermés.