Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2010

Test : Final Fantasy IX

ff9_screen1-23102009.jpg

Support(s) testé(s) : PS
 
Synopsis : Djidane est un jeune garçon qui fait parti d’un clan de hors-la-loi plutôt sympathiques nommés les Tantalas.
Les Tantalas ont prévu d’enlever la princesse Grenat d’Alexandrie pour faire pression sur sa mère, la reine Branet d’Alexandrie, qui se sert de ses armées pour asservir les populations dans le monde.
Mais, contrairement aux plans des Tantalas, la princesse fugue et rejoint d’elle-même la petite troupe de hors-la-loi pour chercher refuge et conseil…elle fuit sa mère la reine dont le comportement devient de plus en plus inquiétant.

Description : Final Fantasy IX est un RPG classique, qui propose des combats au tour par tour avec jauge ATB. Contrairement à Final Fantasy VII et VIII il est possible de positionner jusqu’à 4 de ses combattants à chaque bataille, et non 3.
Chacun des protagonistes dont le joueur prendra les commandes possède une spécificité en combat comme, par exemple, voler les ennemis, ou invoquer des chimères. Les autres compétences, qui sont plus ou moins universelles, comme celles qui permettent de se soigner ou de se protéger contre des altérations d’états, s’acquièrent en portant des équipements spécifiques un certain temps.
L’univers exclusivement médiéval de Final Fantasy IX fait écho aux 1ers épisodes de la saga Final Fantasy (du 1 au 5). Les lieux à parcourir sont assez variés (villages, citadelles, souterrains, arbre géant…) et les environnements sont de toute beauté. Les graphismes léchés des décors  précalculés sont certainement les plus fins que l’on puisse trouver sur Playstation. Les scènes cinématiques ne sont pas en reste et font honneur à celles du 8ème  épisode, qui étaient déjà splendides.
Le système de jeu de Final Fantasy IX est peu complexe ; en tout cas beaucoup moins que l’était celui de Final Fantasy VIII. Final Fantasy IX est également relativement facile à finir.

Avis : Final Fantasy IX est avant tout une belle et grande aventure, pas prise de tête, dans laquelle on se laisse facilement emporter, un peu comme dans un Final Fantasy X. Le plus grisant est de se promener dans les villages bucoliques ou au travers des ruelles des grandes cités, et d’aller farfouiller les recoins pour trouver quelque objet bien caché derrière un panneau, ou à l’intérieur d’une maison, sous un lit, dans une armoire… Ceci donne un petit côté point & click au jeu.
Même en dehors des zones habitées, les zones en 3D précalculée proposent des environnements tellement enchanteurs que le simple fait de s’y promener procure un certain plaisir. Cependant, aussi beaux soient-t-ils, les différents lieux traversés en dehors des villes et villages manquent d’un petit quelque chose qui leur donnerait un peu de profondeur. On a souvent l’impression, en tant que joueur, de parcourir de tableaux, certes, magnifiques mais sans âme.
Au niveau du scénario, on se retrouve dans des imbroglios avec des histoires de famille, de succession, d’amour sur fond de quête chevaleresque. Tout ceci aurait été d’autant plus plaisant si l’histoire ne défilait pas si vite, si les cinématiques ne s’enchainaient pas à toute vitesse. Malheureusement, et c’est un gros défaut de Final Fantasy IX, la narration prend trop le pas sur les phases de jeu (mention spéciale pour le 2ème CD) ; phases de jeu qui sont d’ailleurs bien souvent aussi courtes que faciles. On est trop vite et trop régulièrement récompensé par des saynètes, ce qui enlève beaucoup de leur saveur. J’ai d’ailleurs trouvé que le jeu dégageait moins d’émotion que les précédents Final Fantasy, et ce malgré les nombreux efforts pour tenter d’amuser, d’attrister ou d’ébahir le joueur.
Une dernière chose : le système de jeu est un tout petit peu trop simpliste à mon goût, surtout en ce qui concerne les phases de combats qui manquent de piquant. Quoi qu’il en soit, le joueur novice y trouvera son compte.

Verdict : Pour un joueur peu expérimenté, Final Fantasy IX est tout indiqué car il est facile d’approche. De nombreux puristes de la saga Final Fantasy y trouveront également leur compte, étant donné que le titre revient aux sources de la série et se démarque de la "génération Nomura". Personnellement, je suis aussi amateur de ce type de Final Fantasy, mais j'ai trouvé que l’aventure proposée manquait de piquant et de profondeur.
Final Fantasy IX reste néanmoins très sympathique, notamment grâce à son OST poétique et ses décors magnifiques.

Afficher l'image d'origine

Les commentaires sont fermés.