Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2010

Test : Dino Crisis

Afficher l'image d'origine

Support : Playstation



Synopsis : Le Dr Eward Kirk est un jeune scientifique plein de promesses. Il travaille sur un projet spécial sensé l’amener à la découverte d’une nouvelle énergie révolutionnaire. Malheureusement, le jeune homme perdra la vie comme, d’ailleurs, toute son équipe de travail, dans une dramatique explosion de son centre de recherche…enfin…c’est ce que tout le monde croira ! En effet, trois ans plus tard, soit en 2009, le Dr Kirk est vu vivant par un agent secret. Le chercheur aurait survécu à l’explosion et se serait réfugié dans un centre militaire sur une île au large des côtes d’Amérique du Sud, pour y continuer ses expériences en cachette.

Quatre autres agents sont alors immédiatement envoyés pour capturer et ramener Mr Kirk. Mais à leur arrivée  sur l’île en question, ils découvrent un bien étrange décor : les locaux du centre militaire sont saccagés, l’électricité est coupée, et des monstres ressemblant fortement à des dinosaures rôdent dans les parages.



Description : Dino Crisis est un Survival Horror dont le gameplay et le système de jeu sont calqués sur celui de Resident Evil. Les deux titres sont d’ailleurs du même créateur, Shinjii Mikami.

Mais Dino Crisis se démarque largement des Survival Horror classiques au niveau de l’univers de jeu, en s’inspirant de Jurassic Park plutôt que des longs métrages de G.Romero. Ainsi, la traque aux zombies et autres morts-vivants laisse place à la chasse aux dinosaures.
Le complexe militaire où se déroulent les évènements abrite de nombreux vélociraptors et autres carnivores prêts à surgir à tout moment dans n’importe quel couloir ou par n’importe quel conduit d'aération pour attaquer (tout est bien sûr scrypté !).

Heureusement, la jeune femme que le joueur dirige, Regina, a de quoi se défendre. Du simple pistolet, au fusil, en passant par le lance-grenade, c’est tout l’arsenal de Resident Evil  qui est remis au goût du jour, avec une utilisation exclusive des armes à feu. A noter qu’il est  possible de combiner certaines munitions à des substances chimiques pour leur donner de nouveaux attributs.

Autre spécificité de Dino Crisis, celle de pouvoir, à certains moments clés du jeu, choisir l’orientation du scénario, en sélectionnant un objectif plutôt qu'un autre. Dans l’idée ça peut être : partir à la rescousse de quelq'un, ou bien rejoindre l’autre bout du bâtiment pour aller chercher un objet spécial. Souvent, l’une des deux options est plus sécurisante que l’autre, mais il y a rarement moyen de savoir à l’avance de quoi il en retourne.

Pour finir, il est important de noter que les décors de Dino Crisis sont en 3 dimensions, contrairement à ceux de Resident Evil. Mais, étant donné que les angles de caméra restent prédéterminés, ce passage à la 3D ne se ressent pas dans le gameplay.



Avis : Dans l’absolu, Dino Crisis est un Survival Horror qui n’apporte rien de plus au genre. Je dirai même que le titre est moins riche que Resident Evil. Les mécanismes de jeu sont très classiques avec des énigmes qui consistent presque exclusivement à trouver des cartes d’accès et à déchiffrer des codes secrets pour ouvrir des portes. Les décors sont répétitifs étant donné que 90% de l’action se déroule à l’intérieur du même complexe militaire. On trouve également peu de variétés d’ennemis.

Malgré ces lacunes, l’expérience de jeu est très plaisante. Ceci est essentiellement dû à l’ambiance générale, qui donne vraiment la sensation au joueur d’être dans Jurassic Park. Les ennemis, comme les vélociraptors par exemple, sont parfaitement modélisés et animés, ce qui les rend convaincants. Les carnivores en question sont d’ailleurs bien plus surprenants et agressifs que les zombies de Resident Evil.  Du coup, Dino Crisis procure plus de stress que Resident Evil. Il faut vraiment être conscient que, si éviter un mort vivant qui traine les pieds dans un couloir reste du domaine du faisable, faire la même chose avec une bêbête hyperactive de deux mètres de haut qui peut surgir de n’importe où, c’est une autre paire de manches. Ceci confère au titre un petit quelque chose que l’on retrouve dans le film Alien. Cette impression est d’ailleurs renforcée par le fait que certaines salles du complexe militaire de Dino Crisis paraissent être directement tirées du vaisseau le Nostromo ; vaisseau où se déroule l’action dans Alien.

Toutes ces spécificités rendent l’expérience de Dino Crisis originale, voire même unique dans le monde vidéoludique, ce qui justifie que l’on se procure le titre, d’autant plus qu’il a bien vieilli graphiquement, malgré les décors en 3D.
Une petite déception tout de même : j’aurais aimé plus de sessions en extérieur, et notamment dans la jungle.



Verdict : A défaut de proposer un système de jeu original, Dino Crisis innove en se dotant d’un univers et d’une ambiance à la croisée entre Jurassic Park et Alien. Le résultat est vraiment bon même si le titre est un légèrement trop répétitif pour inquiéter son frère Resident Evil.

Afficher l'image d'origine

Les commentaires sont fermés.