Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2010

Test : Silent Hill Origins

silenthillorigins2.jpg

Support(s) testé(s) : PS2

Synopsis : Travis est routier. Alors qu’il roule, de nuit, avec son camion aux abords de la ville de Silent Hill, une petite fille traverse la route devant lui, obligeant notre trentenaire à freiner net. Travis descend de son engin. La jeune fille s’enfuit. Le routier va la suivre jusqu’à une maison en flamme où il fera une macabre découverte.

Description : Silent Hill Origins est un Survival Horror entièrement en 3D dans lequel on dirigera Travis (voir synopsis). Comme son nom l’indique, Silent Hill Origins est une préquelle à la saga Silent Hill ; le scénario commence un peu avant les évènements de 1er opus de la série.
L’aventure se déroulera essentiellement dans la ville embrumée de Silent Hill, bien connue des aficionados de la saga. On retrouvera, d’ailleurs, certains des bâtiments déjà vus dans les précédents opus, comme l’hôpital avec ses infirmières aux airs de zombies qui viendront chercher des noises. L’ambiance générale est, bien sûr, pesante.
Le jeu alternera entre des phases d’exploration/investigation/énigmes, et des phases de combats. A noter que Silent Hill Origins est quand même légèrement plus axé sur les bastons que les précédents épisodes. Il arrivera, souvent, que l‘on se retrouve dans d’étroits couloirs avec une multitude d’ennemis difficile à éviter : il faudra donc se battre.
Heureusement, le système de combat a été légèrement revu de manière à aider le joueur à se sortir des nombreux affrontements. Ainsi, en guise de nouveauté, on aura droit à quelques phases de QTE durant les bagarres, qui permettront, si elles sont réussies, de se débarrasser un moment des assaillants. En outre, durant l’aventure on trouvera des dizaines d’armes différentes : marteau, scalpel, arme à feu, et mêmes des postes de télévision (!) à lancer sur les ennemis. Mais, si, quantitativement, l’arsenal du héros est plus fourni que dans Silent Hill 1, 2, 3 ou 4, la qualité de l’équipement, elle, laisse à désirer. En effet, au fil des combats les armes perdront de leur solidité jusqu’à devenir inutilisables. Il faudra, donc, plus que jamais gérer ses biens.
Autre spécificité de Silent Hill Origins, mais qui ne concerne pas les combats, c’est l’existence de miroirs spéciaux permettant de voyager entre 2 mondes parallèles. Ces miroirs pourront être empruntés sans limites, pour passer d’un monde à l’autre. Evidemment, tout ça sera prétexte à des casse-tête basés sur des principes rappelant fortement un certain The legend of Zelda : A link to the past.
Au niveau technique, le titre est un peu faiblard face à la plupart des opus précédents ; mais ça s’explique par le fait que le jeu a d’abord été développé pour la PSP avant d’être porté sur PS2. En prenant cet élément en compte, la qualité graphique de Silent Hill Origins est très honnête.
Pour finir,  un mot sur la difficulté : même si le titre n’est pas très long ni très compliqué, certains passages et boss sont quand même assez ardus.

Avis : Silent Hill Origins est, finalement, un Silent Hill ultra classique. Les quelques nouveautés de cet opus ne pèsent pas assez pour véritablement différencier le titre des précédents épisodes. Silent Hill Origins est même un peu moins impressionnant que la plupart de ses prédécesseurs sur de nombreux points : durée de vie, graphismes, idées, variété, contenu…
Et puis, il y a aussi le système de gestion de l’arsenal qui pèche. Le fait de devoir continuellement changer d’arme et en trouver de nouvelles n’a que peu d’intérêt et est plus contraignant qu’autre chose.
Malgré tout, j’ai bien apprécié ce jeu ; pas comme Silent Hill 1, 2 ou 3, mais comme un bon petit Survival Horror que l’on fait bien au chaud chez soi un week-end d’automne. En effet, Silent Hill Origins propose juste ce qu’il faut pour plaire à tout fan de Survival : une ambiance assez oppressante, parfois quand même un poil chaleureuse, des passages flippants, une bonne dose de stress, et une aventure qui donne toujours envie d’avancer.
Le coup des voyages entre les 2 mondes parallèles avec les miroirs est très bateau, peu original, mais ça fonctionne.
En outre, certains ennemis vers la fin de l’aventure mettent bien la pression, et c’est assez jouissif. A noter que quelques lieux sont bien sympathiques.
Au final, on a là un Silent Hill qui ne révolutionne pas la saga, mais un Silent Hill qu’on a plaisir à faire, un peu comme pour Homecoming.

Verdict : Silent Hill Origins ne révolutionne pas le genre, mais il donne les sensations qu’on attend d’un Survival Horror. C’est classique mais bon.

Afficher l'image d'origine

Les commentaires sont fermés.