Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2010

Test : Project Zero II : Crimson Butterfly (Fatal Frame II)

PZ2.jpg

Support(s) testé(s) : PS2

Synopsis : Mio et Mayu sont 2 jeunes sœurs. L’histoire commence alors que les 2 filles se promènent dans une forêt. Elles feront rapidement la découverte d’un bien étrange village isolé au fond des bois ; un village qui semble abandonné voire hanté...

Description : Project Zero II : Crimson Butterfly est un Survival Horrror entièrement en 3D, dans lequel on dirigera Mio (au départ accompagnée de sa sœur Mayu). Toute l’aventure se déroulera dans le petit village que les 2 filles découvrent dans la forêt.
Le titre reprend exactement les mêmes mécaniques de jeu que le 1er Project Zero. Mio devra explorer le village, récupérer des artefacts (clés, emblèmes…), résoudre quelques énigmes, et chasser les fantômes qui hantent la bourgade. Pour détruire les apparitions, la jeune fille utilisera un appareil photo magique qui permet d’aspirer l’énergie des chimères à chaque cliché.
A ce niveau, il faut noter une petite nouveauté par rapport à Project Zero 1er du nom. En effet, pour augmenter la puissance des clichés, et donc la puissance des « coups » portés aux fantômes, il n’est plus nécessaire d’attendre un certains temps que l’appareil photo se charge. Il suffit de s’approcher des ectoplasmes. Plus on est proche, plus les prises sont efficaces. On peut également porter des coups très puissants, en décelant certains moments où les fantômes laissent apparaître leur point faible.
Que dire d’autre sinon que l’ambiance est, évidemment, pesante. Il fait nuit, la brume envahit certaines parties du villages, et les intérieurs des habitations, éclairés aux bougies, sont bourrés de couloirs étroits dans lesquels on se fera souvent prendre au piège.
L’univers de jeu m’a ramené au film The Ring, que ce soit pour le design des spectres, avec leurs longs cheveux noirs et leur apparence androgyne, ou pour les quelques puits que l’on croisera durant l’aventure.
A noter que le scénario un peu plus étoffé que dans Project Zero.

Avis : J’attendais beaucoup de Project Zero II. Sûrement trop. En fait j’avais lu ici et là sur les forums Internet que le titre était bien supérieur à son prédécesseur, et qu’il égalait les plus grands Survival Horror comme Silent Hill 2 par exemple.
J’ai été un peu déçu, car je n’ai pas trouvé le jeu meilleur que Project Zero 1. Crimson Butterfly m’a même moins marqué que son ancêtre, et ce pour plusieurs raisons.
D’abord, Project Zero II n’est pas autant flippant que son grand frère. Ceci est du au fait que l’on est peu souvent surpris par les fantômes. Et puis, la progression n’est pas très ardue, tout du moins en mode Normal (et bien sûr en Facile). Ca ne veut pas dire que les combats sont tous aisés, mais on est peu souvent en danger durant le jeu. Les objets de soins, et les pellicules manquent rarement. Il n’y a peut être que le combat final qui mettra vraiment le joueur en mauvaise posture, et encore…
Seconde lacune de Crimson Butterfly, et pas des moindres : le level design. Et je crois que c’est là le principal défaut du jeu. Les couloirs et autres sections s’enchaînent sans vraiment se différencier. On aura quelques moments et quelques lieux vraiment surprenants, mais la construction générale du terrain de jeu ne vaut pas ce que l’on trouvait dans Project Zero. Dommage, car l’idée du village isolé dans la forêt était vraiment bonne pour un Survival.
Tout ça pour dire que, par moment, l’aventure est un peu longuette, même si le jeu reste assez passionnant au global.
Enfin, j’ai trouvé que le système de combat était moins bien imaginé que dans Project Zero, le taux de réussite dans les batailles dépendant trop de ce que font les fantômes, et pas assez de l’initiative du joueur.
Néanmoins, et malgré ces critiques, Project Zero II reste qualitativement assez proche de son aîné, notamment parce que ce qu’il perd en level design, il le gagne en espace, en durée de vie et en graphismes.
Reste donc un très bon jeu, aussi plaisant qu’un Resident Evil Zero ou 3, et qui fout quand même plus les chocottes que beaucoup d’autres Survival Horror.

Verdict : Project Zero II m’a moins marqué que Project Zero 1er du nom, notamment parce qu’il est un poil moins flippant et que le level design n’est pas démentiel. Mais se balader dans un village hanté au fond d’une forêt reste une expérience plaisante pour tout fan de Survival Horror.

Afficher l'image d'origine

 

Les commentaires sont fermés.