Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2010

Test : Heavy Rain

heavyrain.jpg

Support(s) testé(s) : PS3

Synopsis : L’histoire se déroule de nos jours, aux Etats-Unis. Un tueur en série, que l’on appelle le « tueur aux origamis », sème la panique en capturant des enfants d’une dizaine d’années et en les tuant par noyade dans de l’eau de pluie.
Le fils d’Ethan Mars, Shaun, vient d’ailleurs d’être enlevé par le déséquilibré. Ethan va alors se lancer dans sa propre enquête pour retrouver son fils. Il ne sera pas le seul, car une jeune journaliste, un agent du FBI et un détective privé vont aussi mener l’enquête de leur côté.

Description : Heavy Rain est un jeu d’Aventure en 3D un peu spécial. Le titre prend les traits d’un Point & Click en proposant une progression par chapitre ; chaque chapitre se déroulant dans un lieu défini et confiné où il faudra investiguer.
Néanmoins, la comparaison avec les Point & Click s’arrête là. En effet, dans Heavy Rain il n’y a pas d’inventaire et on récolte rarement des objets, 2 éléments pourtant indissociables du genre Point & Click. En outre, l’aventure prévoit bon nombre de scènes d’actions durant lesquelles le joueur sera amené à appuyer rapidement sur des boutons de la manette indiqués à l’écran (QTE) ; ce type de scène étant généralement absent des P&C.
A savoir que l’on suivra l’aventure dans la peau de 4 personnages différents, dont les destins vont se croiser. Au cours de certains chapitres on sera emmené à effectuer des choix qui influenceront grandement le déroulement du scénario, ce qui me ramène aux Livres Dont Vous Êtes le Héros.
L’ambiance se rapproche de celle de polars cinématographiques tels que Seven. On retrouveras d'ailleurs, des références à certains films comme Minority Report ou Harcèlement. Sur d’autres aspects, on pourra faire le rapprochement avec des Survival Horror type Silent Hill.
Pour finir, il me semble qu’Heavy Rain n’est pas le 1er jeu de ce type. L’équipe de développement du titre, Quanticdream, ayant déjà travaillé sur un opus similaire, Fahrenheit, auquel je n’ai jamais touché.

Avis : Les jeux trop dirigistes m’ennuient généralement (tout comme les jeux trop libres, tels les GTA-like). Du coup, j’ai attendu un certain temps avant d’acquérir Heavy Rain, étant donné que j’avais lu ici et là que le titre était plus un film interactif qu’un jeu.
Je pense, finalement, que cette appellation de film interactif est trop réductrice et trop dévalorisante pour Heavy Rain, même si l’aventure reste très dirigiste ; car j’ai trouvé l’expérience de jeu très riche.
Heavy Rain fait véritablement participer le joueur, l’implique à tous les points de vues. L’ambiance type polar noir est happante (l’excellente ost participe d’ailleurs largement  à l’immersion). Les personnages dirigés sont charismatiques et donnent envie de les suivre. Le scénario est prenant. Les scènes de jeu, notamment de QTE, demanderont une forte implication, une forte concentration de la part du joueur. Et puis, finalement, on ressent souvent un semblant de sentiment de liberté dans le fait de pouvoir se déplacer et de visiter certains lieux comme on le souhaite, et dans le fait d’avoir constamment plusieurs possibilités pour appréhender chaque situation. En outre, la réalisation est top et la mise en scène exceptionnelle.
A ce stade, on ne peut donc pas parler de simple film interactif, même si 1 ou 2 chapitres du jeu totalement inutiles auraient mérité cette appellation.
Je vais même aller plus loin en disant qu’Heavy Rain est bien plus un « Jeu De Rôle » à proprement parler, que ne l’est Final Fantasy XIII malgré son estampe RPG.

Malgré tout, j’aurai quand même aimé que l’aventure soit un poil moins dirigiste. J’aurai surtout aimé que l’on puisse choisir à chaque chapitre son lieu d’investigation, le quartier de la ville dans lequel enquêter en priorité, un peu comme dans les Chevaliers de Baphomet.
J’aurai également aimé qu’il y ait plus d’interactions avec les objets et qu’il y ait un semblant d’inventaire.
Dommage également que la durée de vie n’ait pas été doublée, d’autant plus que le potentiel de rejouabilité est moyen.
Ces petits détails font que le titre loupe, à mon sens, le statut de bombe vidéoludique, mais il n’en n’est pas très loin.

Verdict : Sorte de « super » Point & Click à la sauce Livre Dont Vous Êtes les Héros, tapant même parfois du côté des Survival Horror, Heavy Rain est une expérience interactive quasi unique, aussi jouissive que prenante.

Afficher l'image d'origine

Commentaires

Comme pour toi, j'ai attendu longtemps avant de me procurer Heavy Rain, d'abord par manque d'argent, et puis aussi il faut bien le dire par manque d'interêt.
Et puis, peu à peu, ce jeu m'a de plus en plus intéressé, et j'ai finis par l'acheter en occasion. J'en suis encore au début, mais je suis pour l'instant aux anges.
D'abord en ce qui concerne l'ambiance, très pesante, poisseuse et qui justifie à elle seule le nom du jeu, mais aussi en ce qui concerne les personnages, délicieusement normaux, ce qui est franchement rare dans les jeux vidéos. J'avoue par exemple m'être totalement identifié à Ethan, bizarrement. Mais surtout ce qui m'a vraiment enchanté c'est le nombre d'émotions totalement inédits dans le jeu vidéo que ce jeu arrive à transmettre, comme la culpabilité. Je suis même totalement stressé à l'idée de continuer le jeu tant la peur de faire mourir un personnage, de faire le mauvais choix, est présente dans mon esprit. Je dis donc chapeau à Quantic Dream !
Par contre, je ne comprends absolument pas comment tu peux trouver ne serait-ce qu'une once de RPG dans ce jeu, par rapport à FFXIII...Mais ça j'y reviendrais, quand j'aurais le courage, sur ton test de FFXIII étant donné que je suis un défenseur acharné de ce jeu.

Écrit par : armody | 07/07/2011

Le jeu devient encore meilleur au fur et à mesure que l'on avance. certaines scènes, si tu as la chance de les avoirs (car la trame de ton aventure ne sera pas forcément la même que la mienne) sont vraiment percutantes et plus puissantes que l'équivalent au cinéma. Dur de ne pas spoiler !

"Par contre, je ne comprends absolument pas comment tu peux trouver ne serait-ce qu'une once de RPG dans ce jeu, par rapport à FFXIII...Mais ça j'y reviendrais, quand j'aurais le courage, sur ton test de FFXIII étant donné que je suis un défenseur acharné de ce jeu."

Heavy Rain correspond finalement pour moi à ce que pourrait définir un jeu de rôle (et d'ailleurs ce n'est pas innocemment que j'ai parlé de "Livre dont vous êtes le héros", qui sont la transposition de jeu de rôle en livre). Un jeu ou tu prends la peau d'un personnage à qui tu fais faire des choix qui influent sur la suite. Tout le contraire de FF13.

Écrit par : zivaboy | 07/07/2011

Note : mon test de FF13 est assez lourd. Et je crois que si je le refaisais, je referai différemment, avec des arguments différents (mais avec la même note).

Écrit par : zivaboy | 07/07/2011

Pour finir je dirai que ce qui fait, entre autre, la force d'un RPG, c'est de pouvoir recommencer le jeu différemment (au niveau évolution et exploration).
Pour certains jeux c'est flagrant (surtout pour les RPG ricains), pour d'autre un peu moins (RPG jap). Mais tout de même, si tu prends FFVI, toute la seconde partie du jeu est composée de quêtes annexes qui influent sur le scénario, même si le ending est le même. Pour d'autres jeux encore, comme les Action-RPG JAP (Seiken, Zelda etc.), c'est moins mis en avant. Mais tu peux quand même décider d'aller chercher tel objet optionnel avant celui là, d'explorer telle partie du monde avant celle là, de faire évoluer ton personnage de manière différente suivant les parties.
D'ailleurs, il ne me semble pas absurde de parler de Jeu de rôle pour les GTA-like, puisque c'en est de fait.

Écrit par : zivaboy | 08/07/2011

Même si je m'attendais un peu à ce que tu me cites cette raison-là, je suis assez étonné tout de même, vu que tu as l'air d'être amateur des rpg jap, et que cette donnée est assez absente de ce genre (hormis quelques uns du style chrono trigger et encore), et qu'au contraire, tu n'as pas l'air de jouer à des rpg ricains (ou pas).
Mais j'ajouterais que pour moi, le critère fondamental d'un RPG est le fait qu'on a le contrôle sur l'évolution fondamentale de l'avatar, dont les caractéristiques sont données sous forme de chiffre, et cette évolution se traduit sous forme de level-up, équipements et autre joyeuseté. Pour moi, un jeu où un perso a 50 en force à qui on peut équiper une arme qui a 100 en puissance et qui lorsqu'on l'utilise, inflige 300 points de dégât à son adversaire, est un RPG. Voilà pourquoi FFXIII est un RPG tout comme Mass Effect, et voilà aussi pourquoi Zelda n'est pas un RPG, tout comme Heavy Rain n'a aucune caractéristique de RPG. Le fait d'avoir des choix à faire n'est qu'une caractéristique que Heavy Rain partage avec les RPG ricains, rien de plus et qu'on pourra retrouver dans n'importe quel genre existant. Mais bon, le jour où tout le monde sera d'accord sur ce qui fait un RPG n'est de toute façon pas prêt d'arriver.

En revanche, je m'aperçois que j'ai oublié de parler des défauts d'heavy rain dans mon précédent post. J'avoue que quand un jeu m'emballe sur un aspect, j'ai tendance à occulter les défauts apparents du jeu, ou plutôt à passer outre. Donc allons-y...
D'abord, si il y a un truc auquel je suis particulièrement pointilleux et sensible dans les jeux, c'est le déplacement et la maniabilité du perso. J'aime bien que les persos se prennent bien en main et soient agréable à contrôler, et malheureusement dans heavy rain, les contrôles sont assez rigides. Ensuite, par moment, on a parfois l'impression de ne pas totalement contrôler l'histoire, et ça c'est dommage. Mais surtout, ce qui m'a un peu agacé, c'est le fait que lorsqu'on a des choix à faire dans un dialogue, on arrive pas toujours à voir sur quelle touche appuyer pour dire ce que l'on veut. Cela m'est déjà arrivé plusieurs fois de répondre autre chose que ce que je voulais.

Écrit par : armody | 08/07/2011

Pour le terme RPG : j'en ai volontairement parlé au sens large. Jamais je ne classerai Heavy Rain dans la classe vidéoludique RPG. Mais, la question sousjacente que j'ai posé dans mon test c'est "est-ce que, finalement, Heavy Rain ne correspond pas plus à la notion de Jeu De Rôle que FF13 ?".
Je n'ai aps vraiment d'apriori sur le classement. Je classe les Zelda plutôt dans la catégorie RPG car j'ai toujours associé cette saga à la super nintendo et aux action-rpg de l'époque sur cette même console (Seiken Densetsu, Illusion of Time). En outre, dans les tests papier de l'époque ils parlaient tous de RPG pour désigner les Zelda et Zelda-like (Soleil, Landstalker, Alundra, Story of Thor...).
Mais si je devais vraiment choisir, je classerais les "RPG" jap (Final Fantasy, Seiken Denstesu, Zelda, Story of Thor...) dans la catégorie "jeu d'aventure", et les RPG ricains dans la cétagorie RPG, car ce sont les seuls à respecter les vrais codes du jeu de rôle...même si je suis plus amateur de "RPG" japs.
Mais c'est personnel, et je ne suis pas fermé sur la question.

Écrit par : zivaboy | 08/07/2011

Les commentaires sont fermés.