Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2010

Test : Project Zero 3 : The Tormented

pj3bis.jpg

Support(s) testé(s) : PS2

Synopsis : La jeune femme Rei Kurosawa fait des reportages sur les vieilles légendes urbaines. Alors qu’elle enquête sur un manoir hanté, elle aperçoit le fantôme de son ex-petit ami, décédé dans un accident de voiture quelques temps auparavant. Depuis, toutes les nuits elle rêve du manoir.

Description : Project Zero 3 est un Survival Horror en 3D qui reprend les bases des 2 premiers opus. On dirigera 3 personnages durant l’aventure, même si, la plupart du temps, c’est de Rei que l’on aura les commandes.
On distinguera 2 phases de jeu différentes, un peu comme dans Silent Hill 4. D’abord, les phases en journée, où l’on se baladera dans la maison de Rei. Ces sessions prendront la forme d’enquêtes, d’investigations : on épluchera les livres et les notes dans la bibliothèque, on ira fouiller la chambre de l’ex-petit ami de la jeune femme, et on tapera la causette avec l’assistante de Rei (Miku, qui n’est autre que l’héroïne du 1er Project Zero). Durant ces passages, on ne rencontrera pas, ou quasiment pas de fantômes.
Les autres phases de jeu se dérouleront la nuit, dans les cauchemars de Rei, où la miss parcourra les méandres d’un gigantesque manoir hanté. Exploration et combats contre les revenants : voilà ce qui caractérisera les passages de cauchemars !
Pour l’exploration, c’est du classique, à la Resident Evil. Il faudra aller chercher des clés pour ouvrir les portes correspondantes. Dans le même esprit, il faudra aussi photographier des lieux précis du manoir pour annuler des malédictions et ainsi libérer certains accès (comme pour les précédents Project Zero). Quoiqu’il en soit, on aura droit à pas mal d’aller-retour. A noter que l’on parcourra quelques lieux déjà vus dans les deux 1ers Project Zero.
Pour les combats, on retrouve le principe de l’appareil photo capable de capturer la vitalité des fantômes à chaque cliché. A ce niveau, le système de fight est un mix entre celui de Project Zero 1 et 2.
Comme je l’ai suggéré un peu plus haut, Rei ne sera pas la seule à parcourir le manoir. En effet, dans certains de ses cauchemars elle verra Miku à sa place, ou Kei, un ami de son ex fiancé. On prendra, ainsi, alternativement les commandes des 3 avatars.
Chaque personnage a ses forces et ses lacunes. Ainsi, Rei est un personnage assez équilibré et dispose d’une grande force de frappe avec son appareil photo. Kei, lui, a un appareil photo moins performant mais pourra se cacher pour passer inaperçu des fantômes et sera capable de déplacer des objets lourds. Miku, elle, pourra user de sa petite taille pour passer par d’étroits passages. L’aventure proposera donc des phases de jeux au gameplay sensiblement différent suivant le personnage dirigé.
L’ambiance générale est toujours aussi pesante, et les fantômes sont bien flippants. Au niveau de l’univers, on retrouve encore un côté The Grudge ou The Ring, avec certains fantômes androgynes aux longs cheveux noirs.
Pour finir, à noter que Project Zero 3 est plus long et difficile que ses prédécesseurs, tout du moins en mode normal (mais il existe un mode facile).

Avis : Project Zero 3 est pour moi le meilleur épisode de la saga, et ce pour plusieurs raisons. D’abord, il y a le modèle scénaristique, avec l’alternance entre cauchemars et monde réel, qui apporte un gros atout par rapport aux précédents Project Zero, notamment en terme de rythme de jeu. Les phases stressantes dans le manoir sont mises en valeur par les passages « safe » dans la maison de Rei, et vice versa. Et puis, que ce soit du fait des longues phases d’exploration lors des cauchemars ou des sessions d’investigations dans la maison (courtes celles-là), le jeu prend bien plus la forme d’une enquête que dans Project Zero 1 et 2, et j’aime ça.
Ca ne veut pas dire que l’aspect combat est laissé de côté ! Au contraire, jamais les combats n’ont été aussi présents et, surtout, aussi stressants. D’ailleurs, et c’est par contre l’un des gros points négatifs du jeu, la rigidité du gameplay posera parfois de gros soucis lors des combats, car certains fantômes sont très rapides, alors que le temps de réponse de notre avatar l’est moins. Ceci rend la progression générale plutôt ardue. Heureusement, il existe un mode facile qui garde un grand intérêt (ce qui est rare dans un Survival Horror).
Autre élément qui m’a plu : la variété du gameplay avec l’alternance entre les 3 personnages. Avec certains avatars on ira plus volontiers au combat, avec d’autres il faudra fuir et se cacher.
A noter également que le level design du manoir est très bon. Pas la hauteur d’un Resident Evil 1, mais très bon quand même.
Le dernier point qui fait de ce Project Zero le meilleur épisode de la saga, c’est l’ambiance flippante. Déjà, il faut noter que cet opus fout encore plus les boules que ses prédécesseurs, et ce n’est pas rien. Chaque angle de vue du manoir, chaque apparition de fantôme est calculé de manière à mettre le joueur en position d’insécurité. Rien que de me remémorer les passages où l’on rampe sous le plancher (en vue subjective) avec Miku, la jeune fille, j’en ai des frissons. A l’heure actuelle, ce Project Zero est d’ailleurs le jeu le plus flippant que je connaisse. Attention tout de même, l’effet de peur est parfois trop utilisé. A forte dose, ça peut gaver.
Toujours en ce qui concerne l’ambiance, il faut noter que l’OST est excellente, avec des cris et plaintes quand il faut, et quelques petites "musiques" par ci par là.
Pour conclure je dirai que Project Zero 3, bien que non exempté de défauts, est un Survival Horror de haute volée. L’aventure est passionnante. Il est vraiment difficile de s’arrêter tant on a toujours envie de découvrir la suite des évènements.
PS : je n’ai pas eu la possibilité de terminer le jeu (j’en suis dans les derniers chapitres), à cause d’un bug qui m’a assez aigri. Le bug est vraiment con : j’ai ouvert une porte avec une clé (la clé Œillet pour ceux qui connaissent), mais je ne suis pas entré dans la pièce ensuite, préférant aller enregistrer avant. Quand je suis revenu, je n’avais aucun moyen d’ouvrir la porte, comme si elle n’avait plus de poignée (comme si le jeu n’avait pas compris le fait que je n’entre pas du 1er coup dans la pièce). Rageant !

Verdict  : Project Zero 3 est le meilleur ambassadeur de la saga, même si il vaut mieux avoir fini les 2 précédents épisodes avant de s’attaquer à celui là. Le titre se classe comme un incontournable du genre Survival Horror même si certains défauts (comme rigidité du gameplay lors des phases de combat) pourront repousser certains joueurs.

Afficher l'image d'origine 

Commentaires

Si tu as trouvé project zero 3 flippant, je te conseille de jouer au premier Forbidden Siren sur ps2. Flippant ET malsain, bien qu'un peu raide au niveau gameplay.

Écrit par : Josh40 | 17/12/2010

Ok. Merci du conseil. J'ai fait une partie de FS2, et effectivement il est bien stressant, mais un poil moins flippant que PZ3 je trouve (après, question de point de vue). Je n'ai pas le 1er FS, mais si je le trouve je le prends en priorité.

Écrit par : zivaboy (sam) | 17/12/2010

Les commentaires sont fermés.