Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2011

Test : Rayman Origins

Rayman Origins screen 1.jpg

Support(s) testé(s) : PS3

Note : seul le jeu en solo sera traité ici

Synopsis : La contrée de la Croisée des Rêves est envahie par des créatures cauchemardesques venues des abîmes. Rayman part alors à l’aventure pour aller leur botter les fesses.

Description : Rayman Origins est un jeu de Plates-formes 2D dans lequel on pourra, entre autre, prendre les commandes de Rayman.
Le jeu reprend les grands principes des précédents Rayman comme, par exemple, le système d’apprentissage de mouvements spéciaux (planer, rapetisser…) nécessaires pour progresser.
Rayman Origins s’inspire aussi pas mal des Donkey Kong Country et des Mario. Au niveau de la progression, on retrouvera les mécanismes plus ou moins mis en place par Donkey Kong Country 2, qui inviteront à chercher des secrets pour débloquer l’accès à certaines parties du jeu. Ainsi, Rayman Origins proposera un peu d’exploration.
L’univers est grossièrement découpé en 5 Mondes, eux-mêmes subdivisés en 2 sous-mondes comprenant chacun en moyenne une demi-douzaine de niveaux. Les lieux traversés sont assez variés : forêt, montagne enneigée, bord de mer…
En dehors des phases de plates-formes classiques, on aura aussi droit à quelques passages en mode Shoot-Them-Up, un peu comme dans Super Mario Land avec les niveaux en sous-marin et en avion.
En ce qui concerne l’ambiance, Rayman Origins est à la fois déjanté, avec des monstres rigolos, et poétique, avec des décors féeriques qui en mettent plein les mirettes.
Graphiquement, justement, le titre bénéficie d’un style à mi chemin entre la BD et le dessin-animé.
L’OST est spéciale, dans le sens où elle inclue bon nombre d’instruments et sonorités inhabituelles dans les jeux-vidéo (comme du didgeridoo par exemple).
A noter que, bizarrement, j’ai parfois eu l’impression d‘être dans le dessin-animé les Triplettes de Belleville. Je ne sais vraiment pas pourquoi, car le style graphique est quand même assez différent, et la bande son, en dehors de son aspect un peu cool et détaché, n’a rien à voir. Mais j’ai malgré tout envie de faire part de ce ressenti.

Avis : Je n’ai jamais été un grand fan des Rayman. Attention, je ne dis pas que je n’ai jamais aimé ; je dis simplement que je ne vénère pas cette série.
A part Rayman 2 que j’ai fini, je n’ai jamais eu le courage d’aller jusqu’au bout des 1er et 3ème épisodes.
En fait, j’ai toujours trouvé que les Rayman manquaient d’une toute petite touche de profondeur. Pour Rayman Origins, on a encore un peu le même problème à mon sens, mais de manière plus atténuée.
De ce fait, et aussi pour les magnifiques graphismes, je pense que Rayman Origins est mon épisode préféré de la saga.
Rien de spécial à dire sur l’aventure, si ce n’est qu’elle est bourrée de bonnes idées ; même si ces bonnes idées ont en partie piquées à d’autres jeux. Mais en tous cas, c’est très varié et efficace.
Le côté exploration est aussi plaisant, car il permet de faire et refaire les niveaux avec des objectifs différents.
L’aventure, un peu terne durant la 1ère moitié, car trop facile, prend vraiment de l’ampleur ensuite où elle deviendra beaucoup plus exigeante. Dommage quand même que le gameplay soit parfois un peu capriceux dans certaines situations.
Rayman Origins se place donc, selon moi, dans la liste des grands jeux de Plates-Formes 2D, mais reste quand même assez en dessous de mes 2 références du genre, soit Donkey Kong Country 2 et 3.

Verdict : Rayman Origins est vraiment un grand jeu de Plates-Formes 2D. Son style cartoonesque décalé n’empêche pas l’univers d’être poétique grâce aux somptueux graphismes, et l’aventure est vraiment intéressante avec ses nombreuses idées plus ou moins originales et la petite touche d’exploration.
Mais il y a toujours ce très léger manque de profondeur, typique des Rayman à mon sens, qui fait que je n’ai pas été marqué au fer rouge par le soft même si je me suis amusé. Dommage, car avec son style artistique quasi unique, Rayman Origins aurait pu approcher le chef d'oeuvre.

Les commentaires sont fermés.