Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2012

Test : Dark Souls

dks screen 4.jpg

Support(s) testé(s) : PS3

Note : seul le jeu en solo sera traité ici

Synopsis : Tout commence dans une espèce de prison, apparemment au sein d’un asile hanté. Le personnage que l’on contrôle, un prisonnier mort-vivant, va quitter sa cage et s’enfuir.

Description : Dark Souls, suite spirituelle de Demon’s Souls, est un Action-RPG en 3D à la 3ème personne.
Le titre reprend les principaux codes de Demon’s Souls, dont le système d’évolution de l’avatar via des âmes récupérées en tuant les ennemis.
La difficulté globale du jeu est toujours aussi élevée, mais un nouvel élément viendra aider le joueur dans sa progression : il s’agit de feux de camps qui serviront de check-points.
Le système de hub central de Demon’s Souls a, d’ailleurs, disparu. Dark Souls propose désormais un monde totalement ouvert.
L’univers tire vers le mediévalo-fantastique occidental glauque, et présente des lieux variés (château fort, marais, cathédrale, forêt, catacombes). Les zones de jeu seront tantôt étroites, sombres et labyrinthiques, tantôt un peu plus spacieuses et lumineuses.
Enfin, tout comme dans Demon’s Souls, 99% des êtres croisés durant l’aventure seront des ennemis. On ne rencontra que peu de PNJ ; tous servant d’ailleurs à quelque chose (vendeurs, forgerons…). Le monde de Dark Souls est donc aussi hostile que fonctionnel.

Avis : Au jour d’aujourd’hui, si on me demandait d’élire mon meilleur jeu sur next-gen, je choisirais Dark Souls.
Demon’s Souls, son prédécesseur, m’avait déjà enchanté. Dark Souls va encore plus loin, en améliorant les principes instaurés par son aîné, notamment avec le système des feux de camp qui rendent l’aventure moins décourageante sans baisser la difficulté globale.
En outre, le principe du monde ouvert colle vraiment bien à Dark Souls, car il renforce le sentiment d’avoir un univers immense et bourré de surprises à explorer. 
D’ailleurs, le level design déjà fantastique sur Demon’s Souls, prend ici une dimension supérieure. Chaque passage a été imaginé pour offrir quelque chose de spécial au joueur en termes d’exploration et/ou de combat. Chaque lieu a une identité propre. Chaque environnement de ce monde ouvert s’interconnecte avec les autres de manière aussi intelligente que surprenante. A l’heure ou les open-world dans le jeu vidéo sont souvent synonymes de répétitivité et/ou d’approximation (GTA, Red Dead Redemption, Batman Arkham City, Oblivion…), Dark Souls montre la voie en offrant un monde varié, précis, intelligent et sadique.
Bonne transition pour (re)aborder le thème de la difficulté du titre. Oui elle est élevée ! Que ce soit lors des phases d’exploration où absolument rien n’est indiqué sur la direction à prendre et l’emplacement des zones dangereuses (ennemis, pièges), ou lors des combats, surtout contre certains boss.
Mais, finalement, quand on sait être patient et rusé, on y arrive toujours. Et le sentiment d’accomplissement en cas de réussite est incomparable avec ce que l’on trouve aujourd’hui sur console.
Dark Souls c’est le genre de jeu où il faut avancer et mourir pour comprendre ensuite comment ne plus mourir. Dark Souls c’est le genre de jeu où l’équipement, le niveau de l’avatar et les skills du joueur sont des éléments d’importance égale pour espérer progresser dans l’aventure. D‘ailleurs, soit dit en passant, le gameplay est un modèle de précision et d’intelligence.
Le dernier gros point fort de Dark Souls, concerne évidemment l’ambiance, oppressante, flippante, parfois digne d’un Survival Horror !
D’ailleurs, en y réfléchissant, je me rends compte que Dark Souls -tout comme Demon’s Souls- est un Hack & Slash reprenant finalement certains des grands codes du Survival Horror : l’ambiance est oppressante et le level design est pensé au millimètre près pour créer un sentiment de panique à chaque intersection de couloir. Le résultat est que Dark Souls invite souvent à s’enfoncer dans des univers qu’on a envie de fuir instinctivement.
A l’inverse, on aura droit à quelques paysages de toute beauté, reposants, permettant de souffler comme on soufflerait dans une salle de machine à écrire de Resident Evil.
Et je crois que c’est ce cocktail, ce mélange, qui rend aussi le titre si happant.
Le jeu présente quand même quelques points noirs. Oubliez les menus critiques faites par la Presse concernant la technique un peu vieillotte pour aujourd’hui, et les quelques rares soucis de caméra. Ces défauts sont tellement désuets face à la puissance du jeu, qu’ils sont mis à la trappe très rapidement.
Non, le vrai souci avec Dark Souls concerne quelques passages précis de l’aventure, où le manque d’indications verbales ou écrites est vraiment abusé. Exemple typique : le boss qui est invincible dans une salle et pas dans une autre. Comment savoir qu’il est vraiment invincible dans la 1ère salle quand on n’a pas connaissance de la seconde ?
Voilà, c’est vraiment le seul petit grief que j’ai contre Dark Souls ; petit grief qui incitera peut-être parfois à consulter une soluce. Le reste en fait un titre indispensable, et plus encore.

Verdict : Demon’s Souls m’avait mis une claque à l’époque. Dark Souls m’en a mis deux, en frôlant la perfection.
Avertissement : bourrin et impatients passez votre tour ! Ce jeu n’est pas fait pour vous.

Afficher l'image d'origine

 

Commentaires

Excellent test pour un jeu exceptionnel.Dark Souls procure tellement d'émotions...Autant la joie et la jouissance que le désespoir ^^
J'ai même transpiré devant deux boss que je n'arrivais pas à battre (Smough et Ornstein).Contrairement à Demon's Souls j'ai eu de la pitié en tuant certains boss et j'ai trouvé le combat final excellent mais triste aussi (peut-être à cause de la musique).
Sinon tu es intéressé par la sortie de Kingdoms of Amalur : Reckoning le mois prochain ? JIl me semble que l'univers ressemble un peu à celui de Dark Souls.

Écrit par : EBE | 18/01/2012

Salut,

Devant Smough et Ornstein j'ai eu les mains qui tremblaient. 1ère fois que ça m'arrive dans un jeu. Et j'avais regardé la vidéo de Exserv sur ce passage, idem pour lui.
Ce boss est un truc de fou.
Mon coeur battait encore fort 2 heures après l'avoir (les avoir) mis à terre (suite à mes 10 tentatives, avec un bon paquet d'xp et d'équipement entre les 8 premières et les 2 dernières).

Le boss e fin m'a bien fait chier aussi étant donné que j'ai pas trop pris de temps de maîtriser les contre.
J'ai donc monté ma pyro quasiment à fond et utilisé la même technique que contre Smough en mode électrique (avec un pilier/rocher entre moi et lui). Et même comme ça il faut vraiment être intelligent et rapide.

Par contre, genre, les 4 Roi, Seath et Nito ne m'ont pas trop posé trop de problèmes une fois que j'avais le niveau/équipement pour.

Pour Kingdom of Amalur, je vais me renseigner. Merci de l'info.

Écrit par : zivaboy | 18/01/2012

Pour Kingdom of amalur, de ce que j'ai vu dans la vidéo trailer sur JVC, ça à l'air légèrement orienté Beat Them All (dans le sens nerveux du terme) et l'univers ne m'a pas l'air extra. Je parle en comparaison de Dm/DkS. Après, impossible de juegr comme ça.
2ème soucis, mon PC est trop vieux pour jouer à des jeux récents dessus. Résultat, aujourd'hui je suis beaucoup plus un joueur console. Il est loin le temps de Myst, Diablo 2 et Starcraft 1er du nom !

Écrit par : zivaboy | 18/01/2012

Oulà oui j'avais pas vu le dernier trailer de ce jeu, l'univers ressemble plus à Fable qu'a Dks en fait.Par contre le jeu sort aussi sur PS3 et 360, les consoleux comme nous pourront aussi en profiter :)
Pour DKs, comme toi je n'ai pas trop galéré pour Nito (je l'ai eu au bout de ma 2ème tentative) ou Seath.Mais alors c'est clair que Smough et Ornstein étaient horribles, ces deux monstres m'ont traumatisé.T'as pas une seconde de répit, lorsque tu t'éloignes tu as Ornstein qui t'envoie ses espèces de rayons avec sa lance, l'autre fou qui te court après avec son marteau de 3km de long...C'est des véritables psychopathes surpuissants ces deux là.
Le boss de fin aussi est bien chiant, comme je n'avais aucune magie j'ai dû me le faire au corps à corps en utilisant aussi les piliers/rochers entre lui et moi.Comme il m'a bien défoncé lors des premières tentatives, j'ai dû booster mon endurance et ça a fini par marcher.
Alala, ce jeu est vraiment une tuerie, c'est le cas de le dire !

Sinon est-ce que tu t'es fait Alice : Retour au pays de la Folie l'année dernière ? Franchement je l'ai fini hier et je ne sais pas quoi en penser : gameplay vieillot mais décors esthétiquement incroyables, répétitif mais scénario accrocheur et malsain...Très étrange ce jeu, un OVNI de l'année 2011.

Écrit par : EBE | 18/01/2012

D'ailleurs pour moi, Anor Londo (et donc le boss principal), est le point culminant de l'aventure en terme de difficulté rapportée au niveau de l'avatar à ce stade de jeu. Le suite est pas non plus facile, mais je trouve que la pression descent d'un cran après s'être débarrassé des 2 compères. Le fait d'avoir le pouvoir de téléportation juste après, ça aide aussi.

Sinon pour Alice, je pense que j'en ferai une note quand je l'aurai terminé. Mais à ce stade de jeu, j'ai un peu le même avis que toi. J'aime bien le style, mais je me fait chier.

Écrit par : zivaboy | 19/01/2012

Oui, il y a vraiment un avant et un après Anor Londo, c'est vrai.J'imagine même pas la difficulté de ce passage du jeu en mode new game +...Rien que pour ça j'ai pas le courage de refaire le jeu avec une difficulté encore plus élevée.

T'as vu, Alice est spécial, il a des qualités mais il est souvent chiant.Hâte de lire ton test en tout cas !

Écrit par : EBE | 19/01/2012

Ca ne sera pas le prochain test à priori, mais peut-être celui d'après, je ne sais pas !

Écrit par : zivaboy | 19/01/2012

Très sympa ce test.
Dark Souls est, à mon sens, ce qui s'est fait de mieux dans le domaine du RPG depuis des années. Je suis en plein NG+, de nouveau vers la fin du jeu. J'adore, vraiment.

Écrit par : Sylvain | 31/01/2012

Merci.
Effectivement, je crois qu'avec ce titre nous sommes en train de vivre la "naissance" (entamé avec Demon's Souls, mais qui avait quelques défauts) d'une saga culte.

Écrit par : zivaboy | 31/01/2012

Les commentaires sont fermés.