Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2012

Test : Silent Hill Downpour

Support(s) testé(s) : PS3

Synopsis : Le bus qui transportait le prisonnier Murphy Pendleton a un accident. Murphy en profite pour s'enfuir.

Description : Silent Hill : Downpour est un Survival Horror Psychologique. Le titre invite à prendre les commandes de Murphy Pendleton pour arpenter, entre autres, les rues de Silent Hill.
Rien d'extrêmement nouveau dans cet épisode. On retrouvera plutôt des éléments des anciens ; comme le fait que les armes soient nombreuses mais destructibles (pris de Silent Hill : Origins), ou encore comme le système de courses poursuites ressemblant assez à celui de Silent Hill : Shattered Memories.
Le seul élément qui fait nettement la différence avec les épisodes précédents, concerne les quêtes annexes : nombreuses et relativement denses. Il faudra, par exemple, chercher et libérer des oiseaux en cage, ou retrouver des objets spéciaux pour apaiser le tourment de fantômes.
Au niveau des combats, on retrouve des mécanismes s'approchant de ceux de Silent Hill : Homecoming, avec des fights plus longues et plus tactiques.
En ce qui concerne l'ambiance, on a parfois un petit quelque chose qu'on retrouve dans les adaptations cinématographiques de Stephen King.

Avis : Le gros problème de Silent Hill aujourd'hui, c'est son concept de base. Car, quelque part, on attend d'un Silent Hill qu'il soit surprenant sur le plan psychologique.
Mais comment être surprenant quand les principaux thèmes de la saga ont déjà été utilisés par les 3 premiers opus ? A mon sens, seul Shattered Memories, après, avait réussi à renouveler le concept de la série, en prenant à contrepied la lecture psychalanytique tout en offrant un twist final sympas.
Silent Hill Downpour, lui, galère un peu plus.
Maintenant, étant donné que je suis loin d'avoir fait le tour du jeu dans son ensemble, j'admets avoir sûrement encore beaucoup de choses à apprendre de Downpour ; et j'admets pouvoir être surpris par la suite.
Le problème, c'est que je n'aurai pas forcément envie de me replonger dans l'aventure tant elle est plate d'un point de vue ludique et émotionnel, malgré une très bonne ambiance.
En fait, toutes les bonnes idées, tous les passages intéressants ont été concentrés sur les quêtes annexes. L'aventure principale, elle, est relativement plate.
La progression ne propose quasiment aucun moment fort, la ville et les personnages rencontrés ne mettent jamais mal à l'aise, le bestiaire est rachitique, et, cerise sur le gâteau, les combats sont encore plus chiants que dans Homecoming.
Ca ne vaut pas dire que je me suis fait chier tout le long de l'aventure (quelques points-de-vue et quelques énigmes sont bien sympas). Mais ça veut dire que je ressorts du jeu en ayant pas ressenti grande chose. Même Homecoming et Origins, pourtant simplistes, m'ont plus marqué.

Bilan : Pas un mauvais titre, mais pas un Silent Hill que je referai avec grand plaisir.

 

Les commentaires sont fermés.