Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2012

Test : Darksiders II

Darksiders 2 screen 2.jpg

Support(s) testé(s) : PS3

Synospis : Pour sauver son frêre War de la damnation, Death s'est engagé à rescuciter l'humanité.

Description : Darksiders 2 est un Zelda-like dans lequel on dirigera un avatar du nom de Death, représentation de la Mort en personne. Le titre reprend à 95% les mécanismes de jeu de son prédécesseur, Darksiders. On pourra néanmoins noter une différence au niveau de la monté en compétence qui se fait via des points d'expérience et non via des artefacts. Autre originalité, mais qui ne change pas non plus vraiment la manière de jouer : le loot d'armes. En effet, à force de dézinguer du méchant on récupérera des armes ici et là, plus ou moins puissantes.
L'univers, lui est assez différent de celui de Darksiders 1 ; sauf exceptions. En effet, on se promenera dans un monde plutôt heroic-fantasy, voire dark-fantasy, et non post-appocalyptique. L'espace de jeu n'est pas uni, mais propose plusieurs zones reliées les unes aux autres.

Avis : Comme j'ai pu le lire ici et là, Darksiders 2 est effectivement plutôt décevant. En fait, on peut séparer l'aventure en 3 grosses parties. Si la 1ère est alléchante car riche, et laisse prévoir le meilleur pour la suite, la 2nde et la 3ème n'apportent que trop peu à ce qui a été déjà mis en place pour surprendre. Du coup, j'ai été un peu frustré. En plus, globalement, comparé au 1er Darksiders, il n'y a quasiment pas de nouveautés en dehors de l'univers ; et le scénario au 1er plan n'exploite pas assez le background de la saga.
Mais derrière cette frustration, j'ai quand même eu un grand plaisir à jouer. A visiter chaque parcelle de terrain pour découvrir un maximum de trésors et de donjons optionnels. A m'imprégner de l'ambiance à la fois dark et poétique, insuflée par une bande son, certes maigre, mais marquante. A résoudre les énigmes toujours intéressantes.
Et puis il y a Death, dont le design fait pâle figure à côté de War (héros de Darksiders 1er du nom), mais qui est finalement bien plus ambigüe et profond que son homologue du 1er opus. Parceque la Mort en symbole de fraternité, d'espoir et de vie, c'est plutôt sympa.
Tout ça me fait dire que Darksiders 2, bien qu'inférieur au 1er opus, reste un trés bon Zelda-like.

Verdict : Décevant quand on a goûté à Darksiders 1, Darksiders 2 n'en reste pas moins prenant et magique. Ceci est surtout du à la qualité de ses énigmes et à son ambiance. Un jeu avec de la personnalité.

Afficher l'image d'origine

Les commentaires sont fermés.