Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2013

Test : Dead Space 2

dead space, dead space 2

Support(s) testé(s) : PS3

Synopsis : Isaac Clarke, héros du 1er Dead Space, se réveille emmitouflé dans une camisole de force, au sein du département médical d’une cité spatiale sans savoir comment il est arrivé là. Profitant d’un vent de panique générale sur la cité, dû à une invasion de monstres, Isaac va s’enfuir.

Description : Dead Space 2 est un Action-Survival-Horror entièrement en 3D, qui invitera le joueur à prendre les commandes d’Isaac Clarke. Quasiment toute l’aventure se déroulera dans la cité spatiale La Méduse, sur un satellite en orbite autour de Saturne.
Le titre reprend exactement les mêmes systèmes de jeu que ceux utilisés dans Dead Space 1er du nom. On dirigera Isaac en vue TPS, caméra sur l’épaule. Sur le chemin on rencontrera de nombreux monstres humanoïdes, appelés nécromorphes, que l’on zigouillera à coups d’armes laser, de lance javelots, ou de scie circulaire. A ce titre, Dead Space 2 reprend pratiquement le même arsenal que celui déjà présent chez son prédécesseur. Les munitions sont, bien sûr, limitées. On disposera toujours de magasins pour grossir son arsenal et se ressourcer. On pourra également améliorer son équipement (armure, force, puissance des armes…) grâce à des bornes spéciales, en échange d’artefacts particuliers qu’il faudra trouver en fouinant chaque salle traversée. 
Le style graphique est également similaire à celui du 1er opus, assez sombre dans l’ensemble, même si on rencontrera beaucoup plus de couleurs, et des lieux généralement plus aérés et plus grands. L’univers général me ramène au film Aliens (Alien 2), avec sa colonie sur LV426, et un peu à Blade Runner pour le style général de La Méduse.
Les principales différences entre Dead Space 2 et son prédécesseur sont que l’on rencontrera un peu plus de PNJ durant l’aventure que sur l’USG Ishimura, surtout durant la 1ère partie du périple, et que le titre est nettement plus tourné action que son prédécesseur, même si plusieurs phases, plus suggestives, nous ramènent au 1er Dead Space.
L’aventure est d’ailleurs un peu plus dirigiste, dans le sens où l’on restera moins longtemps dans chaque lieu traversé, et que le scénario nous invitera à souvent avancer en ligne droite.
Autre petite nouveauté : dorénavant, Isaac pourra se mouvoir où bon lui semble lors des sessions en apesanteur.

Avis : Je ne vais pas cacher le fait que j’attendais la sortie de Dead Space 2 avec la plus grande impatience, ayant été conquis pas le 1er opus. Et c’est, entre autre, peut-être cette trop grande attente qui a fait que j’ai été un peu déçu par le titre.
Quoiqu’il en soit, il est clair que Dead Space 2 ne m’a pas embarqué comme l’a fait son prédécesseur, même si le jeu est très bon à de nombreux niveaux.
Le principal point qui fait défaut à Dead Space 2 à mon sens, c’est sa faible capacité à happer le joueur. Autant les graphismes et l’ambiance sonore sont extrêmement travaillés, autant l’atmosphère qui régnait dans le 1er opus n’est plus présente ici. Elle n’est plus présente car la progression, sauf exception pour quelques passages, est plus axée action et moins suggestive que dans Dead Space 1. On passera plus de temps à crever du nécromorphe et à effectuer des cascades spectaculaires qu’à redouter les rencontres. Et trop de combats, tue la pression finalement.
D’ailleurs, l’accent ayant été renforcé sur les combats, on aura aussi moins de phases d’énigmes, qui, mine de rien, étaient quand même assez présentes dans Dead Space 1er du nom. Résultat, on va facilement se retrouver dans un schéma j’avance/je tire assez répétitif et assez creux durant une grande partie de l’aventure.
En outre, les différents environnements traversés seront souvent plus aérés, plus grand, et donc moins aliénants que dans l’opus précédent.
Il y a aussi les 1ères minutes de l’aventure qui pèchent, où tout va trop vite. Dès le début, on sera amené à courir et à shooter du monstre. Cette entrée en matière m’a tué les 1ères heures de jeu, tant elle ne m’a pas aidé à m’immerger dans le monde de La Méduse. Même le film Aliens (Alien 2), dont s’est certainement en partie inspiré Dead Space 2, et qui est plus bourrin que le 1er Alien, prend le temps de nous faire découvrir la colonie d’LV426 sans la moindre bagarre, pour nous amener tout doucement vers l’horreur et ainsi augmenter le sentiment de peur. Pourquoi DS2 n’a pas suivi le même schéma, certes classique, mais ô combien efficace ?
Et puis, le scénario général de Dead Space 2, à vouloir faire trop original, se plante. Il s’inspire un peu des Survival Horror psychologiques, tout en présentant Isaac comme le bourrin de base du film d’action. Le mélange ne prend pas, et donne un résultat maladroit et décousu parfaitement anti-immersion.
D’une manière générale d’ailleurs, alors que le 1er Dead Space était dense, oppressant, et cohérent, le second épisode est plutôt creux, éparpillé et illogique.
Cependant, et comme je l’ai énoncé plus haut, Dead Space 2 reste un jeu de haute volée, notamment grâce à ses environnements de toute beauté et à son ambiance sonore absolument bluffante. Les panoramas sur La Méduse m’ont donné les mêmes frissons que les plans sur Los Angeles de l’introduction de Blade Runner !
Et puis, le gameplay du 1er Dead Space, conservé ici, fait toujours mouche : la prise en mains est intuitive et les sensations en combat toujours bonnes.
Enfin, ne crachons pas sur toute l’aventure : plusieurs passages de l’épopée sont tout simplement excellents. Le plus étonnant dans tout ça (ou pas), c’est que, hormis les passages dans l’espace renversants, Dead Space 2 réussit exactement là où il n’innove pas ! Le titre excelle particulièrement dans les phases reprenant les codes et les environnements ferrailleux post-apo de l’épisode précédent.

Verdict : Dead Space 2 m’a un peu déçu, notamment dans sa capacité à me happer comme l’avait fait le 1er épisode. Il n’empêche que l’aventure reste de très bonne qualité, et que certains passages de l’aventure sont vraiment intéressants.