Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2013

Test : The Last of Us

TLOU.jpg

Nom : The Last of Us

Plate-forme : Playstation 3

 

Synopsis : Joël, un quarantenaire bien entretenu, fuit une invasion de zombies dans sa ville. Lors de la débandade, sa fille est tuée. On retrouve Joël quelques années plus tard dans un monde post-apocalyptique où zombies et gangs sèment la terreur.

 

Description : The Last of Us est un Action-survival Horror. Le jeu est calqué sur le modèle de Uncharted, en mode TPS avec une vue de dos, caméra sur l'épaule.

Durant la plus grande partie de l'aventure, on dirigera Joël accompagné d’une jeune fille du nom d'Ellie.

Le soft alterne entre phase d’explorations – avec ramassages de munitions et objets de soins-, phases de gun-fights, et phases d’infiltration avec un système de détection des mouvements à la Batman Arkham Asylum. De temps en temps, le choix sera laissé au joueur d’aborder les phases d’ennemis en mode infiltration ou en mode combat.

La progression est relativement dirigiste et assez dynamique.

L'univers, classique pour une œuvre traitant de zombies, présentera des décors de villes inhabitées, en ruine, et de maisons délabrées où la nature a repris ses droits.

 

Avis : On en a bouffé du The Last of Us. Comme le jeu du siècle, le renouveau du genre. Autant le dire tout de suite : on en est bien loin. (Naughty Dog oblige ?) Le soft reste un jeu pop-corn assez pauvre ludiquement.

La question ludique est d'ailleurs au centre de la problématique The Last of Us. Car on a la sensation que c’est du Uncharted 0.5. en clair : le gameplay a été repris d’Uncharted et assaini pour obtenir quelque chose collant plus au jeu Survival. Ca ne posera jamais d'énormes problèmes durant l'aventure, mais on sent que ça manque de finesse, que le gameplay de base ne va pas au jeu.

J'ai noté aussi une grande répétitivité des situations rencontrées, surtout en ce qui concerne les gunfights. Même le décrié Resident Evil 5 maîtrisait largement mieux ce côté ludique, en proposant à chaque nouvelle zone un élément spécifique rendant la progression et le gameplay extrêmement variés. Là, les éléments variant se trouvent quasi exclusivement dans le design et peu dans le level-design.

Enfin, néo-blockbuster et ultra-scénarisation oblige, on se retrouve encore avec un soft bourré de scripts de déplacements frustrants, et d'incessants dialogues. Même si ils servent très bien la narration, et sont d’excellente qualité, les dialogues (trop) réguliers entre Joël et Ellie enlèvent tout sentiment de solitude, de pression ou de peur. Malgré les efforts, on ne retrouve jamais le stress d’un Survival classique, ou même d’un Resident Evil 4.

Tout ceci rend l'aventure un peu poussive, lassante même.

D'un autre côté, l’expérience visuelle est bluffante. Le souci du détail est juste du jamais vu. Certains intérieurs ont l’air de maquettes. Certains panoramas sont sublimes. Et les lieux parcourus sont exactement ce que l’on pourrait attendre de ce type d'univers. C'est vraiment à voir.

 

Bilan : The Last of Us est clairement décevant sur le plan ludique, et n’importe rien d’exceptionnel au genre Survival. L'aventure se laisse néanmoins vivre, et l'expérience visuelle mérite le détour.

Les commentaires sont fermés.