Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2016

Test : Beyond Two Souls

 

Plate-forme : PS3

 

Synopsis : L'histoire débute alors que Jodie Holmes, une jeune femme, est interrogée par un agent de police après avoir été retrouvée inerte au bord d'une route.

 

Description : Beyond Two Souls est un jeu d'Aventure dans la droite lignée d'Heavy Rain. Une sorte de Point & Click mais sans inventaire, avec un maximum d'actions contextuelles. 

L'aventure invitera à prendre les commandes de la jeune Jodie Holmes (Ellen Page version digitale), et à suivre différents moments de sa vie. 

Le scénario ne suit pas un ordre chronologique. Il retrace la vie d'enfant, d'adolescente et de jeune femme de Joddie, sous forme de différents chapitres dévoilés dans le désordre.

Ces diverses sessions emmèneront le joueur dans plusieurs endroits des Etats-Unis et un peu à l'étranger.

Le cœur du système de jeu est basé sur le fait que Jodie est liée psychiquement à une entité spectrale. Cette spécificité a évidemment un rôle central dans l'histoire de la vie de Jodie, mais également dans le gameplay. Puisque le joueur va, de manière plus ou moins scriptée, pouvoir contrôler alternativement Jodie et son partenaire fantôme.

La chimère sera nécessaire à de nombreuses occasions, aussi bien lors de sessions d'exploration que lors de phases d'actions/combats. En effet, une fois dans la peau de l'entité spectrale, il sera possible de traverser les murs et de prendre le contrôle de certains PNJ.

J'ai noté quelques inspirations du soft dans le cinéma. On retrouve ainsi des passages ramenant à Carrie, Poltergeist ou SOS Fantôme.

 

Avis : J'attendais pas mal de Beyond Two Souls. Etant donné que j'avais été conquis par Heavy Rain et Farenheit. Et franchement...bof. Trés déçu. 

J'ai eu l'impression que, à vouloir trop centrer le jeu sur le personnage de Jodie, la team de David Cage (le producteur du titre) a délaissé le reste.

Pour tout ce qui concerne la technique, rien à redire : c'est encore plus beau que dans Heavy Rain. Les graphismes tendent vers le réaliste et les angles de vues sont bien choisis. La barrière entre cinéma et jeux vidéo est plus mince que jamais.

Mais par contre, côté narration, c'est mal foutu. Heureusement que les séquences sont dans le désordre, car cela occulte un peu les faiblesses de l'histoire. Bien que ce procédé apparaît rapidement comme un cache misère.

Les thèmes abordés dans le jeu sont loin d'être inintéressants (la violence de l'adolescence par exemple), mais ne sont jamais vraiment traités avec assez de profondeur. Chaque chapitre aborde un nouveau thème. Mais chaque bribe d'idée s’éteint avec la fin d'un chapitre, pour en passer à une autre qui sera traitée de la même manière, soit superficiellement. C'est dommage, même si....disons...2 passages de l'aventure m'ont bien immergé.

En outre, l'histoire dans son ensemble ne m'a pas semblé d'un grand d’intérêt, dans le sens où il n'en ressort pas un enjeu fort, leader de la trame.

Côté gameplay, c'est trés scripté. Je veux dire : encore plus que dans Heavy Rain. Et là j'avoue que ça en devient frustrant. De ces scripts ressortent d'ailleurs des incohérences, surtout avec le maniement de l'entité spectrale qui suit Jodie. En effet, certaines actions notables sont réalisables par moment, et irréalisables plus tard sans que le scénario ne puisse l'expliquer.

 

Verdict : J'attendais certainement trop du titre, et j'ai été très déçu. Un jeu un peu brouillon, qui manque de profondeur, et pas super ludique. Quelques rares séquences restent spectaculaires, mais au global c'est laborieux.

 

Afficher l'image d'origine

 

Les commentaires sont fermés.