Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2015

Test : Ocarina of Time (3DS)

 

Support : 3DS

 

Synopsis : Le tout jeune Link habite un village de lutins au milieu de la forêt. Un matin, il se fait convoquer par l'esprit gardien de cette forêt, l'arbre Mojo, qui doit confier au garçon une grande mission.

 

Description : Ocarina of Time est un Zelda-like en 3D, avec une vue à la 3ème personne, qui nous invitera à diriger Link.

Cet opus est le remake du soft éponyme sorti sur Nintendo 64 en 1998. Ce remake bénéficie d'un refresh des couleurs, légèrement plus vives, et de l'apport de la fonction 3D de la console, permettant un rendu en 3 dimensions. En outre, bon nombre de textures ainsi que Link ont bénéficié d'un léger lifting.

Dans les quelques rares originalités de ce remake, on peut aussi noter l'apparition de nouvelles pierres ressemblant fortement aux pierres à potin, mais donnant des indices sur la progression.

Pour le reste, et pour ceux qui ne connaîtraient pas cet opus même en version 64 bits, on retrouve la même construction que dans tous des Zelda classiques. Un village de départ, une grande ville et/ou château, et des Donjons à parcourir avec leur lot d'énigmes, de pièges et d'ennemis. Chaque Donjon cache un objet/arme particulier, obligatoire à la progression, et un boss à abattre.

On retrouve aussi la construction du monde en 2 univers parallèles - ici 2 époques - entre lesquels on pourra switcher.

A noter qu'Ocarine of Time (y compris 64), fut le 1er Zelda introduisant le concept d'alternance entre le jour et la nuit, et l'utilisation poussée d'un instrument de musique ; ici un Ocarina (vu que l'utilisation de la flûte/ocarina dans les opus précédents était largement limitée). L'instrument servira à déclencher des événements ou à se télé-transporter.

  

Avis : Même si la refonte graphique d'Ocarina of Time 3D est loin d'être démentielle, j'ai trouvé ce remake vraiment réussi. Il conforte à mon sens la puissance de cet opus, et lui donne même un côté presque aussi mythique que A Link to the past. 

La mise en avant des couleurs et le lissage de Link jouent beaucoup en ce sens. On a un rendu un poil moins froid que dans l'original d'Ocarina of Time, ce qui renforce l'impression d'être dans un univers féerique, et donc l'immersion. Ce léger regain de couleurs renforce aussi la cohérence entre Ocarina of Time et A Link to the past.

En outre, la fonction 3D de la console (même si elle n'est pas toujours parfaite), donne à certain lieux une autre dimension. Je pense par exemple au village de départ, avec le pollen qui semble traverser l'écran.

Si le statut de "Meilleur jeu de tous les temps" d'Ocarina of Time me semble un peu exagéré, la quête reste toujours très prenante, et j'envie ceux qui la découvriraient pour la première fois.

La progression et la difficulté sont parfaitement maîtrisés. Le level-design, qui joue beaucoup sur la verticale, est un modèle du genre. Je pense à certains Donjons en particuliers, comme celui avec pour thème la forêt ou celui du l'univers de l'eau. Ces Temples bénéficient en plus d'une excellente ambiance, et d'énigmes bien ficelées.

Les quêtes annexes sont nombreuses et loin d'être inintéressantes, même si Ocarina of Time joue dans la cours des petits par rapport à son successeur, Majora's Mask, à ce niveau là.

Les seuls bémols sont les mêmes que je pouvais faire à Ocarina of Time version 64. L'absence du thème principal de la saga Zelda (sauf dans le générique de fin sur cette version), et l'ambiance en demi-teinte des zones marquées du thème de l'horreur (qui va moyennement à ce Zelda je trouve, quand on sort de la simple suggestion).

 

Verdict : Cette version d'Ocarina of Time est pour moi la meilleure. La légère retouche graphique rend le titre plus enchanteur. Et ses qualités originelles font le reste. Un must have en matière de Zelda-like parfaitement adapté à la console portable de Nintendo.

 

9.jpg

Les commentaires sont fermés.