Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2016

Test : Child of Light

 Afficher l'image d'origine

Support : PS4

 

Synopsis : L’histoire se déroule en 1895 en Autriche. La jeune Princesse Aurora, malade, sombre dans un sommeil profond. Elle se réveillera dans le pays onirique de Lemuria.

 

Description : Child of Light se présente au départ comme un jeu de plate-forme en 2D, avec une vue de profil, mais cache en réalité un RPG relativement classique, au moins dans ses principes.

La quête invitera le joueur à prendre les commandes de la princesse Aurora, pour l’emmener par delà les plaines, les montagnes et la mer pour aller chercher des artefacts magiques.

Sur son chemin, Aurora rencontrera des ennemis contre qui elle devra se battre, dans des fights au tour par tour.

Aurora rencontrera aussi quelques PNJ qui l’aideront, notamment lors des combats. Chaque PNJ a, bien sûr, ses propres caractéristiques et avantages, comme, par exemple, des magies puissantes.

A chaque combat gagné Aurora et sa bande engrengeront de l’expérience pour devenir plus résistants et plus forts, Ils gagneront aussi des points de compétences à utiliser pour débloquer de nouvelles aptitudes.

On pourra aussi associer des pierres magiques aux armes portées par chaque personnage, pour donner des caractéristiques spéciales aux armes. Par exemple, les pierres rouges donneront aux armes des attaques de feu.

Au niveau de l'univers, les décors et personnages semblent avoir été dessinés à la main, et les couleurs sont pastel.

La difficulté est plutôt basse.

 

Avis : Globalement Chil of Light est une aventure très sympathique, mais pas plus.

En fait l’aventure commence très fort. L’univers enchanteur, avec son style graphique particulier et son ost onirique au violon, met une claque dès les 1ères minutes.

En plus, on a droit à une tonne de bonnes idées dans la 1ère heure de jeu. Et on découvre notamment le modèle de combat qui est, avec celui de Grandia, le meilleur en tour par tour que je connaisse.

Par contre, par la suite, l’aventure bat un peu de l’aile. Les donjons sont répétitifs, dans leur level design notamment, même si ils sont rarement suffisamment long pour lasser, et que quelques petites nouveautés viennent ajouter un peu de surprise de temps en temps.

Et puis, au bout d’une dizaine d’heures, ça décolle, enfin. L’intrigue s’étoffe un peu et les nouveautés se font à la fois plus nombreuses et plus intéressantes.

Malheureusement, cette montée en puissance intervient peu avant la fin du jeu.

 

Verdict : Child of Light a beaucoup d'atouts mais est un peu trop répétitif.

 

4.jpg

Les commentaires sont fermés.