Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2010

Test : Sonic 3

sonic3,sonic,megadrive

Support(s) testé(s) : Megadrive / PS3

Synopsis : L’œuf de la Mort, la fameuse base spatiale du Dr. Robotnik, s’est écrasée sur une île : Angel Island. Le problème est que sur cette île se cache une émeraude encore plus puissante que les émeraudes du chaos traditionnelles, et qu’il ne faut pas que Dr. Robotnik s’en empare ! Sonic et Tails repartent donc à l’aventure…à la poursuite de leur ennemi juré.

Description : Sonic 3 est un jeu de plates-formes traditionnel en 2D avec vue de profil. Le titre reprend toutes les bases des 2 premiers Sonic, dont, bien sûr, le Spin Dash de Sonic the Hedgehog 2.
On retrouvera aussi Tails, le renard à 2 queues, qui accompagnera Sonic de la même façon que dans Sonic 2…mais cette fois Tails sera sélectionnable comme joueur principal !
Sinon, on aura droit au même type d’ennemis que d’habitude, soit des insectes ou des animaux robotisés. On aura également droit aux mêmes pièges, comme les pics qui sortent du sol, ou tout simplement les gouffres (quoiqu’il n’y en a pas beaucoup).
Au rang des nouveautés, peu nombreuses d’ailleurs, on peut noter l’apparition de boucliers élémentaires qui viendront remplacer le bouclier classique. Ces boucliers élémentaires offrent chacun un bonus spécial. Par exemple, avec celui de l’eau, on pourra respirer dans les fonds sous-marins sans que le traditionnel compteur nous pousse à remonter à la surface.
Il y a aussi du changement au niveau des zones bonus. On dirige toujours Sonic (ou Tails) de dos ; par contre, cette fois, il ne circulera plus dans un half-pipe, mais sur une espèce de grande sphère où il faudra récupérer des boules bleues sans toucher aux boules rouges.
Toujours en ce qui concerne les nouveautés, un personnage fera son entrée en scène : il s’agit de Knuckles, un porc-épic rouge. Ce malandrin barrera régulièrement la route à Sonic lors de cut-scènes. Mais, assez bizarrement, et sauf si je dis une bêtise, on ne le combattra jamais.
Enfin, dernière spécificité du jeu, et non des moindres : Sonic 3 donnera la possibilité au joueur de sauvegarder sa partie ! Vue la faible durée de vie du titre, c’est loin d’être indispensable (mais ça le deviendra avec la connexion Sonic & Knuckles).
Pour finir, il faut évidemment souligner que Sonic 3 est plus abouti graphiquement et encore plus rapide que ses prédécesseurs.

Avis : Sonic 3 avait fait parler de lui à l’époque de sa sortie, en bien (!), grâce à ses qualités techniques, ses effets visuels, sa vitesse et son design légèrement manga.
Mais, la 1ère fois que j’ai fait Sonic 3, assez tard d’ailleurs, après la sortie de Sonic & Knuckles, je n’ai pas vraiment été conquis. Aujourd’hui, j’ai toujours un avis assez mitigé sur le titre.
En effet, derrière la démonstration technique de Sonic 3 se cache un jeu relativement fade, pas mauvais, mais fade ; et ce pour plusieurs raisons.
D’abord c’est décevant au niveau des décors, qui ne laissent pas un souvenir impérissable, car ils sont souvent trop fouillis.
Le level design pèche aussi, par son manque de génie. Il y a, certes, quelques tentatives pour relancer l’intérêt avec des passages innovants, comme la séance de snowboard, les vols en toupie ou les séances de varappes où Sonic est accroché à une corde. Malheureusement, aucune de ces sessions n’est ludiquement vraiment intéressante, car on a, la plupart du temps, pas grand-chose à faire.
Je pense, d’ailleurs, que ce Sonic 3 a avant tout été pensé pour en mettre plein la vue, et privilégie trop les passages de vitesse par rapport aux passages de plates-formes. On ne retrouve pas le parfait équilibre de Sonic the Hedgehog 2. Du coup, on a souvent plus l’impression de voir défiler Sonic à l’écran que de jouer, et c’est frustrant.
Toujours au niveau du level design, il y a un gros problème de redondance. Certains passages, voire certains écrans se répètent plusieurs fois dans un même niveau, ou bien d’un niveau à l’autre (avec la couleur qui change pour coller à l’environnement) !
Autre gros défaut du jeu : la bande son. Elle est insignifiante, exception faite du thème d’un monde en particulier et d’une musique de boss.
La dernière lacune de Sonic 3 se situe au niveau de la durée de vie, assez faible.
Tous ces mauvais point font de cet épisode le plus mauvais Sonic classique sur Megadrive à mon sens.
Reste néanmoins un titre que l’on ne fait pas avec déplaisir, que l’on fait d‘une traite.
Le truc c’est qu’on n’y revient pas vraiment ensuite.
A noter aussi que j’ai trouvé les levels bonus sympas. On retrouvera, d’ailleurs, ces levels dans Sonic & Kunckles.

Verdict : Sonic 3 n’est pas un mauvais titre, mais c’est sûrement l’épisode le plus creux de toute la saga classique. Un grand nom de la plate-forme pour une petit jeu…dommage.

Afficher l'image d'origine

29/08/2010

Test : Sonic the Hedgehog 2

sonic2_screen1.jpg

Support(s) testé(s) : MD / PS3

Synopsis : Sonic part encore sauver son île des griffes du terrible Dr. Robotnik. Mais cette fois, le hérisson bleu n’est plus seul, puisque Tails, un sympathique et jeune renard à 2 queues, va l’accompagner.
 
Description : Sonic the Hedgehog 2 est un jeu de plates-formes en 2D, avec vue de profil, dans lequel on dirigera le célèbre hérisson bleu Sonic. Le titre reprend les bases de son prédécesseur, Sonic 1er du nom, que ce soit au niveau graphique ou au niveau du gameplay, avec quelques différences quand même.
Le 1ère différence, citée dans le synopsis, c’est la présence du renard à 2 queues et ami de Sonic : Tails. Le petit animal suivra son pote hérisson durant toute l’aventure sans que ça ne change grand-chose pour le joueur, étant donné que, en solo, seul Sonic sera contrôlé. Néanmoins, comme Tails suivra les faits et gestes de son compère, il arrivera de temps à autre,  que le renard hit aussi les ennemis, surtout lors des combats contre les boss. Tails prendra, également, une petite place dans le scénario, surtout vers la fin du jeu.
A noter qu’un second joueur muni d’une seconde manette, pourra prendre les commandes du renard pour épauler Sonic. Si durant la plus grande partie de l’aventure ça n’apporte pas grand-chose, il est néanmoins fort recommandé d’être accompagné lors des stages bonus ; ces sessions n’étant pas toujours évidentes. Pour info : comme dans Sonic 1, les stages bonus permettent de récupérer des reliques, les précieuses émeraudes du Chaos ; sauf qu’ici les levels se présentent sous la forme de longues descentes dans un half-pipe, en vue de dos, où il faudra récupérer un maximum d’anneaux d’or.
Passons maintenant à la seconde spécificité de Sonic 2 par rapport à son ancêtre. Cette spécificité est de taille, puisqu’il s’agit de l’apparition du célèbre Spin Dash ! Le Spin Dash, c’est la possibilité pour Sonic (et Tails) de se rouler en boule et de tourner sur lui-même sans bouger de place, de manière à emmagasiner suffisamment de  puissance pour ensuite partir en flèche. Cette nouveauté a de grosses répercutions sur le gameplay, puisqu’elle permettra de tracer sans prendre d’élan.
Dernière grande spécificité du jeu : chaque monde comprendra non plus 3, mais 2 niveaux, qui se termineront, évidemment, toujours par une bagarre avec le sieur Robotnik.
Sinon, on peut noter qu’il existe un mode 2 joueurs en écran splité, assez anecdotique d’ailleurs, où Sonic et Tails pourront se faire la course.
Au niveau des environnements, on a droit à du classique, comme les collines verdoyantes et des mondes en partie sous l’eau, ainsi que quelques nouveautés, comme les montagnes et les caves.
On retrouvera, d’ailleurs, cette particularité de la saga Sonic en ce qui concerne l’univers : à savoir le mélange de nature et de technologie. Ce mélange est, en outre, perceptible dans la bande son, avec des airs sympathiques et chaleureux, mais souvent hachés et insistants.
Rien d’autre à dire, sinon que Sonic pourra toujours courir à toute vitesse, sauter par dessus les gouffres, dégommer les ennemis en se mettant en boule, et rebondir grâce à des ressorts.

Avis : Ce Sonic 2 est tout simplement l’un des meilleurs Sonic, si ce n’est LE meilleur sur Megadrive,  avec Sonic & Knuckles.
Dans Sonic 2, tout est nickel : le gameplay est largement amélioré par rapport au 1er opus, grâce au Spin Dash surtout…une différence minime sur le papier, mais qui fait toute la différence ; l’OST est excellente, encore meilleure que celle de Sonic 1 ; le level design est chiadé au possible, de façon à ce que les sessions de vitesse et de plates-formes classiques s’équilibrent pour que le joueur ne s’ennuie jamais.
D’ailleurs, Sonic 2 est véritablement addictif, vraiment excitant, au point qu’il est difficile de décrocher une fois une partie entamée.
Vraiment, je ne vois aucun défaut dans cet opus…sauf peut être le fait que le jeu soit « limité » par son côté arcade ; qu’il ne propose pas la même richesse qu’un Super Mario World 2 ou un Donkey Kong Country 2 ou 3.
Il y a peut être aussi 1 ou 2 niveaux un peu plus lassants que les autres, mais je chipote.
Il n’en reste pas moins certainement le meilleur jeu de plates-formes sur Megadrive.

Verdict : Sonic 2 est sûrement le meilleur Sonic sur Megadrive, et l’un des plus grands jeux de plates-formes 2D. Du plaisir brut !
A noter quand même que les joueurs qui cherchent absolument dans ce Sonic 2 le même contenu, la même richesse que dans un Donkey Kong Country 2 ou un Yoshi’s Island, risquent de ne pas être totalement rassasiés.

Afficher l'image d'origine

28/08/2010

Test : Sonic the Hedgehog

sonic,megadrive,genesis

Support(s) testé(s) : Megadrive / PS3

Synopsis : Sonic part sauver son île des griffes du terrible Dr. Robotnik.
 
Description : Sonic the Hedgehog est un jeu de plates-formes classique en 2D, avec une vue de profil. C’est le 1er épisode de la saga éponyme.
Durant l’aventure on dirigera Sonic, un petit hérisson bleu avec 2 caractéristiques spéciales : il est capable de se rouler en boule et il court vite.
La 1ère  caractéristique de Sonic, soit celle de se rouler en boule, en sautant notamment, et donc de se transformer en véritable scie circulaire grâce à ses pics sur le dos, permettra au hérisson de détruire les ennemis qu’il rencontrera.
La seconde caractéristique, soit de courir vite, offrira l’occasion à notre petit héros de véritablement tracer lors de certains passages, en effectuant, parfois, quelques loopings à travers des boucles. D’ailleurs, une fois qu’il aura pris de la vitesse, Sonic pourra aussi se rouler en boule pour tout casser sur son chemin.
Le hérisson bleu récupérera de nombreux anneaux d’or sur sa route. Tout comme dans un Mario avec les pièces, Sonic gagnera une vie en récupérant 100 anneaux d’or.
Ces anneaux lui serviront aussi de protection. En effet, à chaque fois que l’animal se fera blesser par un ennemi ou l’un des nombreux pièges du jeu, il perdra les anneaux en sa possession mais en sortira indemne. Par contre, s’il ne possède pas d’anneau ou d’autres protections, Sonic perdra automatiquement une vie en cas d’agression.
Il sera aussi possible d’obtenir des émeraudes. Elle sont au nombre total de 6, qu’il faudra  toutes récupérer lors de stages bonus pour finir l’aventure à 100%.
Un dernier mot sur l’ambiance générale : l’univers mélange nature et technologie.

Avis : Sonic est une valeur sûre de la plate-forme 2D.
Techniquement c’est carrément bon, même encore aujourd’hui, notamment au niveau du scrolling. En outre, l’ambiance est excellente : on a droit à une OST inspirée, entraînante et toujours très chaleureuse.
Et puis, le level design est très travaillé, de façon à ce que chaque parcelle de niveau soit imaginée pour augmenter le plaisir ludique. D’une manière générale, le degré de finition est élevé.
Néanmoins, ce 1er Sonic est limité, au niveau du gameplay d’abord. Ce qu’il gagne donc contre Super Mario World en ce qui concerne le plaisir dans l’instant, il le perd un peu en richesse ludique.
D’un côté, Sonic the Hedgehog est très orienté arcade (comme beaucoup de jeux Megadrive). Il n’est donc pas forcément pertinent de comparer les 2 titres, sachant que les Mario ont toujours eu tendance à s’orienter vers l’Aventure.
Quoiqu’il en soit, Sonic 1er du nom pêche un peu au niveau de la difficulté, un peu trop élevée. Le jeu en soit n’est pas excessivement difficile, mais il demande une extrême concentration pour ne pas perdre ses vies à la suite, car de nombreux passages nécessiteront d’être précis et rapide. On perd facilement son sang froid.
Et comme, originellement (version Megadrive), il n’y a pas de sauvegarde et que les vies ne pleuvent pas par centaines, terminer le jeu demandera vraiment une bonne dose de persévérance. Evidemment, avec la version PS3, ou en émulation, la possibilité de sauvegarder rend le jeu facile.

Verdict : Sonic 1er du nom est techniquement et ludiquement bon. En outre, c’est un titre de légende qui n’a pas à rougir face aux 1ers Mario, et qui dispose d'une très bonne ost.
Il manque malheureusement un tout petit peu de contenu pour celui qui a envie de retrouver la richesse d’un Super Mario World, et il est, parfois, un peu frustrant. Quoiqu’il en soit, le titre reste culte et indispensable.

Afficher l'image d'origine