Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2015

Cinéma : Star Wars VII : Le Réveil de la Force

Afficher l'image d'origine

Synopsis : Le scénario débute 30 ans après les événements du Retour Du Jedi (Star Wars VI). Une jeune femme du nom de Rey se retrouve embarquée par une suite d’événements dans la lutte contre un nouvel empire maléfique.

 

Mon avis : Extrêmement déçu. J'avais tellement bavé devant les trailers que je ne m'attendais pas à ça. Je ne m'attendais pas à aller voir le plus mauvais Star Wars de la saga.

J'ai trouvé le film grossier. Comme si on avait mis, bout-à-bout, des scènes "indispensables" pour un Star Wars, mais sans aucune finesse. Ca donne un blockbuster creux, parfois grotesque même, qui est bien loin de dégager la magie de la trilogie originale (épisodes IV, V, VI) ; et qui est même moins solide que la prélogie (épisodes I, II, III), malgré tous les défauts de cette dernière.

Tout va trop vite. La justification scénaristique de certaines scènes est tout bonnement improbable. Je sais bien que le scénario de la trilogie originale était construit sur la base d'une suite d’événements un peu tirés par les cheveux...mais pas à ce point!

En outre, il n'y a pas de poésie dans la narration. L'une des forces de Star Wars - ou tout du moins de la trilogie originale-, était sa bande son. Pas uniquement parce qu'elle était épique en soi, mais aussi parce qu'elle suivait les moments forts du scénario en "racontant" l'histoire à coup de cuivres et de cordes. On ne retrouve rien de tout ça dans Star Wars VII.

Enfin, l'histoire de fond est une redite de celle de l'épisode IV (sans la saveur évidemment). Du coup on n'a quasiment aucune surprise.

Un mot aussi sur les acteurs : j'avais hâte de revoir Solo, Luke et Leia, hâte de découvrir les nouveaux héros de cette nouvelle saga. Ils sont tous plus mauvais les uns que les autres. J'exagère un peu, mais la prestation des personnages principaux est à la limite du nanar par moment.

Voilà, je crois avoir fait le tour de mon ressenti sur ce film qui me parait plus être un hold-up au porte monnaie du spectateur qu'un Star Wars. Et même au delà, c'est un bien piètre film de science fiction.

Reste quelques décors de toute beauté, quelques scènes de combats aériens impressionnantes, et des monstres rigolos pas en image de synthèse ; et ça c'est cool.

 

Verdict : Un mauvais Star Wars et un film de science fiction très moyen. Peut-être qu'il deviendra un bon film B avec le temps...

 

Test : Chrono Trigger (NDS)

Afficher l'image d'origine

Support : Nintendo DS

 

Synopsis : C'est la grande fête de l'an 1000, et le jeune et fougueux Chrono part s'amuser à la foire du coin. Il retrouvera sur place l'une de ses amies dont la grande passion est de bidouiller des machines. La dernière invention de sa copine est un téléporteur. Mais la machine ne fonctionnera pas comme prévue et nos deux ados seront téléportés...à une autre époque.

 

Description : Chrono Trigger est un RPG dans la grande lignée des Final Fantasy VI et autre Secret of Evermore. L'ambiance, parfois post apo, souvent mélancolique, est d'ailleurs proche de celle de ces 2 opus.

La spécificité de Chrono Trigger est de proposer des voyages dans le temps. Ainsi le jeune Chrono, dont on prendra les commandes, pourra parcourir grosso-modo 6 époques, certaines plus ou moins liées. Par exemple, en ouvrant un coffre en l'an 600 on le retrouvera ensuite ouvert en l'an 1000. Finalement cela ressemble, en plus poussé et beaucoup plus scénarisé, à ce que l'on avait dans The Legend of Zelda : A Link to the past, avec le principe des 2 mondes parallèles.

En tout, il sera possible de constituer une équipe de 7 personnes dont Chrono. Chacun ayant ses propres caractéristiques, une arme dédiée et des magies personnalisées. Sur le terrain et pendant les combat seuls 3 protagonistes seront jouables.

Les combats sont au tour par tour, et les ennemis sont visibles avant les bastons. Cela permet ainsi de les éviter si besoin. Durant ces combats, il sera possible de faire interagir les personnages entre eux pour faire appel à des attaques en groupe plus puissantes que les attaques classiques.

Cette version de Chrono Trigger sur Nintendo DS, qui est le portage de la version Super Nintendo sortie en 1995, propose quelques nouveautés : des scènes cinématiques (peut être d'ailleurs déjà présentes dans le portage Playstation), des nouvelles zones optionnelles à visiter, et une ergonomie optimisée pour les deux écrans de la console portable. Mais pour 99% de l'aventure, c'est la même chose que dans la version Super Nintendo.

 

Mon avis : Si je lui préfère Final Fantasy VI et même Secret of Evermore, il faut quand même reconnaitre que Chrono Trigger est un jeu très prenant. Le scénario, avec les voyages dans le temps, est étoffé, l'ambiance mélancolique est prenante, les quêtes annexes assez nombreuses. En plus c'est joli et coloré : plus que sur Final Fantasy VI. Le chara-design, de Toriyama (dessinateur de Dragon Ball), a vraiment de la gueule. Il y a peut-être juste le chara-design du personnage principal, Chrono, que j'ai moins apprécié.

Ce que j'aime aussi dans Chrono Trigger, c'est qu'il est optimisé pour être le moins chiant possible. Je veux dire par là qu'il se débarrasse de beaucoup des aspects rébarbatifs des RPG au tour par tour. Par exemple le fait de voir les ennemis au lieu de se farcir des combats aléatoires, est vraiment un gros plus.

En outre, la progression n'est pas très difficile, comparativement à d'autres RPG de l'époque, ce qui le rend accessible pour les néophytes du genre. Il y peut être un ou deux combats de boss plus compliqués mais le reste se passe facilement. D'autant plus que l'expérience se gagne rapidement, et l'évolution se ressent.

Cette version DS amplifie l'accessibilité du jeu via l'interface optimisée. Le fait de pouvoir lire son inventaire et les cartes des zones parcourues sur l'écran du bas est top. Les quelques zones optionnelles (accessibles tard dans l'aventure) sont par ailleurs très intéressantes car elles proposent pas mal de petites quêtes annexes, et permettent de pousser l'expérience de Chono et sa bande sans s'ennuyer.

 

Verdict : Un excellent RPG, ergonomique, facile d'accès, agréable à l’œil et doté d'un scénario basé sur les voyages dans le temps bien foutu. Cette version Nintendo DS est légèrement meilleure que la version Super Nintendo.

10/11/2015

Test : Shovel Knight

Afficher l'image d'origine

 

Support : Nintendo 3DS

 

Synopsis : Shovel, un petit chevalier armé d'une pelle, part sauver sa bien aimée, Shield Knight, enlevée par une sorcière.

 

Description : Shovel Knight est un jeu de plate-forme en 2D classique.

Techniquement, le titre surfe sur la vague du retro avec un style 8 bits. Il reste néanmoins plus détaillé que la plupart des jeux NES. On n'est pas loin des 1ers jeux 16 bits.

L'aventure propose de prendre les commandes de Shovel, et de parcourir une quinzaine de niveaux -avec leurs ennemis et pièges propres- aux thèmes différents (plaines, château, neige...).

Dans chaque niveau on trouvera un pnj donnant accès à une nouvelle technique pour Shovel ; technique utile pour la progression, et surtout pour les boss (exemple : planer quelques instant dans les airs). Dans le principe on n'est pas loin d'un Megaman sachant que la plupart des techniques sont des nouvelles attaques avec la pelle. D'ailleurs, l'influence va plus loin puisque le design de certains écrans du jeu est directement repris d'épisodes de la saga Megaman.

Autre influence pour Shovel Knight : Duck Tales ; Shovel pouvant faire les mêmes mouvements avec sa pelle que Picsou avec sa canne dans le jeu Duck Tales justement.

Mais globalement Shovel Knight s'apparente plus à un Zelda II : The Adventure of Link, ou à un Gargoyles Quest.

D'abord parce que l'univers est mediévalo-fantastique. Ensuite, au niveau de la progression générale : on fait les niveaux avec vue de profil, on bat des boss, on récupère de nouvelles compétences, on se balade sur la mappemonde (vue de dessus), et on fait ses courses au village.

D'ailleurs c'est principalement dans les villages que Shovel pourra faire évoluer ses attributs vie et magie, en échangeant son or ; or qui fera donc office d'XP, exactement comme dans le 1er The Legend of Zelda.

 

Avis : Shovel Knight est simple à prendre en main, amusant, et suffisamment complet pour tenir en haleine. C'est de la qualité d'un Gargoyle's Quest, en plus...fun!

Les boss sont extras, les mécaniques de jeu toujours renouvelées (sans pourtant que le gameplay de base n'évolue), et l'ambiance est dynamique notamment grâce à l'OST pêchue typée Megaman. On n'a, par contre, pas la même qualité au niveau des mélodies, et c'est un peu dommage.

La difficulté est également parfaitement dosée : on a l'impression que c'est corsé mais on avance toujours assez facilement. Le fait d'avoir des vies infinies aide.

Le bémol revient par contre à la durée de vie...pour le coup, quinze niveaux c'est vraiment limite. Il en aurait fallut le double au moins.

Heureusement les multiples secrets du jeu poussent à le refaire. Et comme je l'avais lu quelque part : Shovel Knight est le genre de jeu que l'on re-attaquera en se mettant ses propres défis : timing, ne pas utiliser de potion de vie, etc.

 

Verdict : L’archétype même du jeu retro NES, sans les mauvais points. Facile à prendre en main mais néanmoins complet. Dommage que l'aventure soit si courte.