Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2016

Test : The Last Guardian

Afficher l'image d'origine

 

Support : PS4

 

Description : The Last Guardian est un jeu d'Action-Aventure en 3D. C'est la suite spirituelle des jeux Ico et  Shadow of The Colossus, sortis il y a quelques années sur Playstation 2.

D'ailleurs, le jeu reprend les grands principes d'Ico. On prendra les commande d'un jeune garçon qu'il faudra faire sortir d'une forteresse en résolvant des énigmes.

Le jeune homme sera accompagné d'un espèce de gros Griffon, du nom de TRICO, à corps de chien avec des plumes, et monté sur des pattes d'oiseaux. L'animal servira pour la résolution des énigmes. L'enfant pourra lui grimper dessus pour atteindre des lieux hauts perchés, ou se servir du toutou pour détruire des obstacles d'envergure.

 

Mon avis : J'attendais The Last Guardian avec impatience, même si j'avais le pressentiment que le jeu ne serait pas aussi prenant que Shadow of the Colossus.

J'ai eu ce pressentiment en regardant les premiers trailers de The Last Guardian, qui m'ont tout de suite fait penser à Ico, le titre initial de la trilogie. Ico que j'avais trouvé poétique, intelligent, tout ça, mais pas hyper jouissif manette en main.

Et bah je ne me suis pas trompé. The Last Guardian est pour moi une sorte de rebirth d'Ico avec les mêmes qualités et les mêmes défauts.

Le concept des 2 titres est le même, donc, avec comme principale différence pour The Last Guardian le gros toutou TRICO remplaçant la douce et fantomatique Yorda.

TRICO qui donne vraiment l'impression d'être vivant, d'avoir une conscience propre, et à qui on va s'attacher assez rapidement. TRICO est d'ailleurs l'un des principaux atouts de The Last Guardian. Mais aussi certainement son plus gros défaut.

Car, toutes les phases ou l'on se retrouvera en duo avec bête, soit 95 % de l'aventure, poseront des problèmes de gameplay. Certes, ces problèmes sont la plupart du temps légers : on galère un peu pour bien se placer en grimpant sur l'animal, on galère un peu pour positionner la caméra, et on galère un peu pour donner des ordres à TRICO (ou du moins pour qu'il les suive!). C'est tout le temps "un peu", jamais grave. Mais à force ça lasse. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je ne retenterai certainement pas l'aventure...

Aventure qui pourtant mérite largement d'être faite au moins une fois. Au moins pour la beauté muette et la poésie des environnements. Les ruines de la gigantesque forteresse que l'on parcourra offrent de magnifiques panoramas. Et l'absence quasi totale de vie dans ces pierres, en dehors de quelques petits animaux ici et là et de plantes grimpantes, rend la battisse encore plus mystérieuse.

On se pose pas mal de questions en progressant : quelle civilisation vivait là? que cache la forteresse? pourquoi ces signes en forme d'oeil qui ont tant l'air d'effrayer TRICO ? On n'aura pas réponse à tout, mais ça donne un peu de relief à l'aventure, et ça motive évidemment  pour progresser malgré les soucis de gameplay.

En outre, et même si les décors se répètent, le level-design de la forteresse est vraiment sympa et varié, avec des formes diverses, des mécanismes étranges, et des points de vues improbables qui réservent souvent de bonnes doses de vertige.

L'ambiance musicale est également réussie, avec des thèmes aux airs de Ghibli qui donnent une dimension cinématographique à l'aventure. Néanmoins l'ost est un peu trop en retrait à mon goût, un peu comme dans Ico...

 

En résumé : Les mêmes qualités et défauts qu'Ico. Un beau spectacle. De la poésie. Mais ludiquement, c'est parfois agaçant.

 

4.jpg

 

09/08/2016

Test : Sonic Generations

 Afficher l'image d'origine

Support : PS3

 

Synopsis : Sonic et ses amis font une fête en plein air à la campagne. Une faille dimensionnelle apparait pendant la sauterie et emporte tous les convives, dont Sonic, dans une univers parallèle.

 

Description : Sonic Générations est un jeu de plates-formes dans lequel on dirigera Sonic. Le jeu a la particularité de proposer des phases de plate-formes classiques en 2D de profil, et des phases en 3D avec une vue de dos.

Chaque niveau proposera ainsi systématiquement les 2 approches. L'approche en 2D reprend les codes des jeux de plates-formes classiques des années 90. Leurs versions en 3D, avec la vue de dos, se présentent plus comme des courses.

Les univers à parcourir sont tirés des précédents jeux Sonic. On retrouvera, par exemple, les niveaux de Green Hill Zone et de Sky Sanctuary, tirés respectivement de Sonic The Hedgehog et de Sonic & Knuckles.

Ces niveaux seront accessibles depuis un hub central. Il sera donc possible de les faire plus ou moins dans le désordre. L'objectif sera de terminer toutes ces zones, une dizaine, pour accéder au dernier boss de l'aventure.

Mais le jeu propose également pléthore de secrets optionnels a trouver, comme des jetons spéciaux cachés dans les niveaux. Des zones bonus, généralement courtes, seront également accessibles depuis le hub central. Ces zones se présenteront souvent sous forme de défis (courses contre la montre ou contre un avatar, etc.).

 

Avis : Je n'ai pas eu le coup de cœur d'emblée pour Sonic Générations.

Au départ j'ai eu un sentiment mitigé. Les 1ers niveaux en 2D n'apportaient, à priori, pas grand chose par rapport aux originaux 16 bits en dehors de l'amélioration graphique. Et leurs versions 3D me paraissaient sans grand intérêt.

Puis j'ai cherché à finir les niveaux à 100%, soit à découvrir tous les jetons secrets. J'ai alors compris l’un des gros intérêts ludiques du jeu. La quête aux jetons m'a suffisamment motivé pour m'inciter à parcourir et re-parcourir les 3 premiers niveaux de nombreuses fois. Que ce soit en 2D ou en 3D. Ca m'a fait un peu le même effet que la recherche des bonus dans Donkey Kong Country 2 ou Rayman Legends, dans une moindre mesure.

Une fois ces 3 premières zones finies, j'ai découvert des nouveaux univers que je ne connaissais pas bien, provenant des Sonic post Megadrive. Et là, ça a renforcé mon avis positif sur le titre. J'ai trouvé le level-design génial pour la plupart des niveaux, avec des mécanismes, des énigmes collant parfaitement au système de jeu Sonic. Et trouver cette alchimie, propre aux Sonic, mêlant vitesse et réflexion n'est pas chose aisée. Là c'est parfait. Surtout pour les niveaux en 2D. Les niveaux en 3D, loin d'être inintéressants, proposent quand même moins de finesse dans le gameplay.

L'ambiance est par ailleurs au top, avec des musiques dynamiques, et des décors aussi colorés que variés.

J'ai été pris jusqu'à la fin du jeu...qui malheureusement arrive bien trop vite. Neuf niveaux, même si ils sont déclinés à chaque fois en une version 2D et une version 3D, c'est peu.

 

Verdict : Un jeu de plate-forme addictif qui rend hommage à la licence Sonic, et montre qu'elle a encore de belles cartes à jouer. Surtout en mode de jeu oldschool, en 2D de profil. Dommage que l'aventure soit si courte.

 

4.jpg

05/08/2011

Test : Croc : Legend of the Gobbos

Croc

Support(s) testé(s) : PS1

Synopsis : Croc est un jeune crocodile qui a été adopté tout bébé par les Gobbos, un peuple de petites boules de poils à pattes.
Un jour le Baron Dante, sorte de lézard géant pas sympathique, débarque et capture les Gobbos. Croc va alors partir à leur rescousse.

Description : Croc : Legend of the Gobbos est un jeu de Plates-Formes 3D qui propose de prendre les commandes de Croc le petit crocodile. L’aventure est divisée en 5 mondes, eux-mêmes subdivisés en plusieurs niveaux.
Si le titre fait clairement parti de ces jeux de Plates-Formes 3D sortis à l’époque sur Playstation pour concurrencer le monstre Super Mario 64, Croc présente néanmoins un mode de progression se rapprochant plus des jeux de Plates-Formes en 2 dimensions. En effet, pour évoluer dans l’aventure, il faudra terminer chacun des niveaux en les parcourant du début à la fin plus ou moins linéairement. On ne retrouvera donc pas le système de chasse aux étoiles ou aux pièces de puzzle si chères aux canons de la Plates-Formes 3D.
Ceci dit, Croc propose aussi des phases d’exploration essentiellement en guise de quêtes annexes, notamment pour rechercher des artefacts spéciaux souvent bien cachés dans les niveaux.
Sur son trajet, le petit crocodile rencontrera, bien sûr, divers ennemis (monstres, chauves souris...) et quelques boss qu’il devra terrasser en donnant des coups de queue.
Mais l’intérêt du titre reste les phases de plates-formes, nombreuses, qui inviteront à jouer l’équilibriste pour éviter de tomber dans des gouffres notamment.
L’univers est banal mais assez varié : plateaux verdoyants, volcan, monts enneigés…
L’ambiance générale est bon enfant, mignonne.

Avis : Je n’ai pas terminé Croc. J’ai jeté l’éponge vers la fin de l’avant-dernier monde vu la difficulté assez élevé à ce niveau du jeu. La difficulté n’est, en soi, pas insurmontable, mais le gameplay lourdingue invite à perdre régulièrement ses vies en tombant dans des gouffres par manque de concentration. Ca m’a frustré.
Pourtant, et paradoxalement, c’est aussi ce gameplay qui a fait que je suis resté scotché au jeu le temps de parcourir 5 des 6 mondes de l’aventure. Certes, j’aurai beaucoup donné pour que la maniabilité soit plus souple, mais la prise en main est nette et précise, si bien que les phases de plates-formes m’ont procuré d’excellentes sensations.
Sinon, techniquement, la full 3D made in Playstation 1 a (très) mal vieilli, mais le titre a son charme, notamment grâce à l’OST sympathique qui aide à l’immersion.
Au niveau profondeur et richesse de l’aventure, on est très très loin d’un Super Mario 64, mais là encore ce n’est pas désastreux, notamment grâce aux quêtes annexes qui inviteront à trouver l’ensemble des artefacts cachés du jeu. Je dirai même qu’avec ce challenge s’ajoutant à celui qui consiste simplement à terminer l’aventure en ligne droite, Croc est un mets de choix pour un joueur qui aime les défis. 

Verdict : Croc a toutes les apparences d’une daube tentant de jouer dans la cour de Super Mario 64. Mais en réalité le titre présente une aventure qui procurera de très bonnes sensations, et qui pourra fortement accrocher les joueurs les plus aguerris.

Afficher l'image d'origine