Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2011

Test : Alundra 2

alundra

Support(s) testé(s) : Playstation

Synopsis : Le Roi du Royaume de Varuna s’est fait emprisonner par une bande de malfrats à la solde d’un machiavélique baron.
Heureusement, la téméraire fille du Roi se décide à partir à la rescousse de son père. Durant son périple, elle va s’allier avec Flint, un jeune chasseur de pirates.

Description : Alundra 2 est un Action-RPG de type Zelda-like dans lequel on dirigera Flint, un jeune chasseur de pirates à la chevelure rouge.
Tout comme son ancêtre Alundra 1, Alundra 2ème du nom fait parti de la saga Landstalker, qui comprend, entre autres, Landstalker, Dark Savior et Lady Stalker. D’ailleurs, et même si Alundra 2 est entièrement en 3D, on retrouvera un mode de vue proche de la 3D isométrique si emblématique de la série.
Durant l’aventure, on évoluera en alternant entre des phases de villages, de nature, et en donjon. En extérieur et dans les donjons on passera son temps à combattre des monstres et à résoudre des énigmes. Ces énigmes ressembleront, pour la plupart, à ce que l’on trouvait déjà dans Landstalker et Alundra 1 : enclencher des interrupteurs, pousser des objets à des emplacements précis pour ouvrir des portes, etc.
Autre caractéristique propre à la série : les phases de plates-formes. On aura souvent l’occasion de faire l’équilibriste en sautant de dalle en dalle au dessus de gouffres ou de tapis de pics acérés.
Zelda-like oblige, dans Alundra 2 il faudra récupérer des réceptacles de cœur et de magie pour faire évoluer les statistiques de son avatar.
Au niveau de l’overworld, il y a du changement par rapport au 1er Alundra. En effet, dans Alundra 2 le monde n’est plus uni comme dans un Zelda. Pour visiter les différentes zones de jeu, il faudra passer par les chemins pré-tracés d’une mappemonde. D’ailleurs, conséquence ou pas, l’aventure est plus linéaire que dans Alundra 1.
En ce qui concerne de l’ambiance, on reste dans un univers à la croisée entre de l’heroic-fantasy et l’ère industrielle, avec un petit quelque chose d’histoire de pirates.
Le titre marque néanmoins la différence avec son grand frère en se dotant d’un ton plus chaleureux et plus kawaï.

Avis : J’avais lu beaucoup de critiques négatives sur Alundra 2, du fait du passage de la saga à la 3D notamment. Je me suis quand même lancé dans l’aventure histoire de voir ce que ça donnait.
Durant le 1er quart d’heure de jeu, j’ai compris  pourquoi Alundra 2 avait été tant fustigé : graphismes en 3D complètement pixélisée, ton immature, design de personnages anti-charismatique (surtout pendant les scène cinématiques en full 3D), voix françaises une peu légères…
Mais passé ce quart d’heure, ou du moins la 1ère demi-heure, il y a un truc qui m’a retenu d’éteindre la console et de ranger le jeu dans mon placard. Ca vient peut-être de l’ambiance bucolique du 1er village ou de la bande son profonde et apaisante. Je n’en sais rien.
En tous cas j’ai bien fait de rester aux commandes de Flint et de continuer l’aventure, car elle m’a carrément plu. D’ailleurs, et ça va en surprendre plus d’un, je pense qu’Alundra 2 est presque du niveau de Landstalker.
Contrairement à ce que le ton et le style graphique peuvent laisser présager, Alundra 2 n’est en rien une suite bâclée. Au contraire, c’est la parfaite démonstration d’une aventure riche et chiadée. Cette richesse se retrouve dans les lieux et les situations rencontrées. Certains donjons sont d’ailleurs surprenant, que ce soit au niveau de leur design, ou du mode de progression qu’ils imposent (boss en mode « course-poursuite », visite d’un galion enfoui…). Ca fait plaisir car on aura, ainsi, toujours droit à un élément pour venir couper la routine.
Il y a les énigmes aussi, très nombreuses ; et qui pourtant ne se répètent jamais. En plus, elles sont bien foutues et ludiques. Là-dessus on est même un cran au dessus de celles de Landstalker et d’Alundra 1. Impressionnant.
Autre gros point positif : le gameplay, fluide et intuitif ; et puis…ENFIN on a droit à des phases de plates-formes amusantes où on n’aura pas à réfléchir 3 heures pour comprendre si telle dalle est en dessous de l’autre ou l’inverse ! Pour le coup la 3D et les angles de vues modulables apportent un énorme plus à ce niveau.
Le dernier atout du jeu est certainement son ambiance. Je l’ai évoqué un peu avant, mais l’ost est une grande réussite. Alundra 2 n’a absolument pas à rougir face à ses ancêtres tant la bande son qu’il propose sait être mélancolique, intrigante ou énergique quand il le faut. Les airs sont loin d’être minables même si ils auraient gagnés à être plus nombreux.
Tout ça pour dire qu’il ne manquait pas grand-chose à ce Alundra 2 pour égaler son père, et même le dépasser. Il aurait simplement suffit de développer un peu plus le chara-design, en reprenant le style de Ryle (Landstlaker) par exemple, et surtout de proposer un scénario un peu moins conventionnel. Car à ce niveau là, et même si l’aventure est vivante, aucun élément ne permet au jeu de se démarquer des concurrents.

Verdict : Alundra 2 est loin d’être un jeu bâclé. Le titre fait office de très bon Zelda-like et est parfaitement digne de la saga Landstalker grâce à son ambiance prenante, son gameplay agréable et ses énigmes intelligentes. Dommage que le scénario n’ait absolument rien d’original et que le design des personnages soit un peu concon.

Afficher l'image d'origine

 

25/10/2009

Test : The Adventures of Alundra

alundra,playstation

Support(s) testé(s) : PS1

Synopsis : Alundra, jeune chasseur de trésors, fait un étrange rêve qui le pousse à prendre un bateau pour rejoindre le village côtier d’Inoa. Pendant le voyage en mer, une grosse tempête fait sombrer le navire. Heureusement, Alundra survit. Le jeune homme échoue, par chance, sur une plage à côté d’Inoa. Il est alors recueilli par un autochtone.
La suite amènera notre jeune héros dans une aventure rocambolesque où il devra, notamment, entrer dans les rêves des habitants du village…

Description : The Adventures of Alundra, appelé aussi plus simplement Alundra, est un Action RPG. Alundra est en quelque sorte la suite de Landstalker. Les deux épisodes ne se suivent pas chronologiquement, mais ils proposent des univers similaires. C’est normal puisqu’une partie des développeurs qui ont planché sur Alundra avaient déjà travaillé sur Landstalker.
On peut néanmoins remarquer deux grandes différences entre les deux titres. D’abord, le point de vue n’est pas le même. Alors que Landstalker est en 3D isométrique, Alundra propose un angle de vue du dessus, avec une 2D plus classique. Ensuite, les deux jeux diffèrent sur le mode de progression. Dans Landstalker le joueur avance de village en village en traversant au passage quelques donjons. Dans Alundra, il n’y a qu’un seul village, le village d’Inoa, et toute l’aventure tourne autour. Entre chaque donjon, il faut retourner à Inoa pour résoudre les problèmes des villageois et, bien sûr, pour enregistrer.
L’intérêt d’Alundra tourne aussi bien autour des combats en temps réel qu’autour des énigmes que proposent les donjons. Ces énigmes sont nombreuses, très variées, parfois délicates, et invitent le plus souvent à activer des interrupteurs ou à déplacer des objets pour s’en servir comme de marchepieds et ainsi atteindre des plates-formes en hauteur. Les puzzles sont finalement très inspirées de Landstalker, même si certains éléments sont empruntés au non moins mythique The legend of Zelda : A Link to the past. Les références à la saga Zelda sont d’ailleurs nombreuses, même si elles restent discrètes. Mais finalement, et je ne saurai expliquer pourquoi, The Adventures of Alundra me fait plus penser à un mix entre, notamment, Landstalker, La Légende de Thor et Soleil, soit à un mix des Action RPG de la Megadrive, qu’à un Zelda-like. Peut-être est-ce dû au style graphique, peut être que c’est à cause du style des énigmes, ou peut être que ça vient des nombreuses références à la religion…qui sait ?
A propos de l’univers de jeu : il n’est pas très étendu mais riche. Du coup, le traverser est assez long. Les graphismes sont beau (32 bits oblige) et vieillissent bien (2D oblige).
Les couleurs sont moins vives que dans un A Link to the past et collent plutôt à ce que l’on trouve dans Landstalker.

Avis : D’une manière générale, le gros point fort d’Alundra est de procurer les mêmes sensations que l’on pouvait avoir à l’époque sur les Action RPG 16bits, le tout dans un package agréable. Comme nous l’avons dit, les graphismes sont jolis, vieillissent bien, et il ne faut pas oublier l’importance de la bande son, de qualité, qui bénéficie du support CD. Ces éléments font qu’on accroche facilement et fortement au jeu.
Mais ce que j’aime particulièrement dans Alundra, c’est le côté « chasse au trésor », qui donne toujours envie d’aller explorer tous les coins et les recoins du jeu.
L’aventure en elle-même est classique, avec une progression « à la Zelda ». Le challenge est ultra prenant. Les énigmes, souvent corsées, tiendront longtemps en haleine les joueurs, sans pour autant leur rendre l’aventure impossible. Au niveau des combats, certains boss sont assez coriaces, mais restent abordables si on est bien préparé. Disons que la difficulté globale du jeu est légèrement au dessus de celle de Landstalker : du pain bénit pour un joueur qui a un peu de bouteille !
Au rang des critiques, il n’y a pas grand-chose à dire si ce n’est que l’on retrouve un problème qui était déjà existant dans Landstalker : la difficulté pour évaluer les distance lors de certains sauts. D’ailleurs c’est assez étonnant de rencontrer ce souci alors que la 3D isométrique a disparu. C’est sûrement dû au fait que la vue dans Alundra, pourtant très classique, inclue des notions de perspective qu’on ne retrouve pas dans un Zelda old-school par exemple.
On peut également relever un léger manque de diversité dans les environnements, ainsi que le manque de zones habitées, et d’une manière plus générale, le côté un peu froid du jeu…mais rien de bien méchant.

Verdict : Alundra, est tout simplement l’un des meilleurs Zeld-like oldschool, mais ravira surtout les joueurs plutôt expérimentés.

Afficher l'image d'origine