Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2010

Test : Final Fantasy XII

final fantasy 12,xii,vaan,balthier,eon

Support(s) testé(s) : PS2

Synopsis : Final Fantasy XII débute dans un contexte de guerre entre nations au sein du monde d’Ivalice. Un bien fougueux jeune homme, du nom de Vaan, va se retrouver, par hasard, imbriqué dans le conflit.

Description : Final Fantasy XII est un Action RPG. Le design général du jeu fait irrémédiablement penser à la saga cinématographique Star Wars. En cause : le style antique des cités et la présence d’éléments comme les vaisseaux spatiaux ou les soldats de l’empire. Tous les décors sont en 3D. Les graphismes sont fins et le clipping est quasiment absent même dans les grandes plaines complètement dégagées.
Lors des combats un système de lock des ennemis évite au joueur de trop taper sur le bouton d’attaque de la manette. Par ailleurs, une jauge ATB limite le nombre de coups qui peuvent être donnés à la suite. Un tout nouveau système (appelé système de Gambits) permet de définir à l’avance ce que feront les coéquipiers en combat. Par exemple, il est possible de programmer un attaquant spécialiste du tir à l’arbalète pour qu’il se concentre sur les ennemis aériens. Il est aussi possible de demander à un autre personnage de délivrer automatiquement des potions curatives quand le niveau de vie d’un équipier passe en-dessous des 30%.
Enfin, Final Fantasy XII propose une aventure très peu linéaire mais le scénario est assez sobre.

Avis : Ce 12ème épisode de la série Final Fantasy tranche avec les épisodes classiques. Le scénario est froid et simpliste. La trame de fond est assez dense en événements, mais les aventures et relations entre les membres du groupe que l’on dirige sont quasi inexistantes. Pourtant Final Fantasy XII arrive, à mon sens, à se classer sur le podium de la saga en proposant une aventure dynamique. L'une des grandes forces du titre réside dans sa capacité à procurer un intense plaisir lors des phases d’exploration et de combat, à la manière d'un Hack & Slash. Le gameplay est efficace et intuitif. Le système de gambits est ingénieux et très facile à prendre en main malgré sa complexité. Le monde d’Ivalice est gigantesque et recèle de très nombreux endroits secrets. Graphiquement le titre est magnifique, même si les textures intérieures des habitations manquent de variété. Les quêtes annexes, comme la recherche des éons (invocations) ou la chasse aux monstres rares, sont grisantes. Il faut aussi souligner à quel point l'ambiance du jeu est travaillée ; et je crois que c'est ce point qui donne toute sa puissance à cet épisode, en facilitant grandement l'immersion. D'ailleurs, l'OST, bien que discrète, est sûrement l'une des meilleure de la saga Final Fantasy. Un dernier mot sur le level design qui fait bien souvent défaut aux jeux à monde ouvert. Dans Final Fantasy XII il est vraiment pas mal foutu pour casser le sentiment de répétitivité, et donner un sens ludique à bon nombres de sections traversées.


Verdict : A l’instar du 4ème épisode de la série Resident Evil, mais dans un tout autre registre, Final Fantasy XII est venu donner un coup de neuf à sa propre saga qui commençait sérieusement à rouiller. Avec ce titre, Square-Enix réinvente tout simplement le concept de sa saga en lorgnant sur les Hack & Slash. C'était risqué, mais pour moi c'est très réussi. L'ambiance, les mécanismes de jeu et le level design m'ont véritablement embarqué. Le meilleur Final Fantasy depuis Final Fantasy VII à mon goût.

Afficher l'image d'origine