Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2016

Test : Super Meat Boy

Afficher l'image d'origine

Support : PS4

Description : Super Meat Boy est un jeu de Plates-Formes 2D, dans lequel on prendra les commandes de Meat Boy, un petit personnage cartoonesque carré et rouge (Monsieur Costaud?).

L'objectif du jeu sera d'aller secourir la bien aimée de Meat Boy, kidnappée par un méchant verre de terre. Pour cela il faudra parcourir une petite centaine de niveaux.

L’originalité du titre réside dans le fait que les niveaux traversés seront très courts et très difficiles. Le level-design invitant souvent à avancer très rapidement parmi des pièges retords et nombreux (trous, pics etc.).

Il sera donc quasi obligatoire de perdre un grand nombre de fois avant d'arriver à cerner, puis à dompter, la plupart des passages du jeu.

Heureusement le nombre d'essais est illimité et il n'y a pas de game-over.

 

Avis : Le coup de génie de Super Meat Boy, c'est de réunir les plaisirs du harcore-gaming, sans les inconvénients.

Oui les niveaux sont difficiles, très difficiles. Mais comme ces mêmes niveaux sont extrêmement courts, et qu'en cas d'échec on recommence quasi immédiatement, il y a très peu de frustration.

Donc on perd des dizaines -que dis-je-, des centaines de fois sur un même passage pour les niveaux les plus durs, mais c'est pas grave, on continue.

Seulement 4 niveaux de la trame principale ont réussis à m'agacer car ils sont vraiment tordus et plus longs que le autres. En dehors de ça, je n'ai jamais ressenti de grosse frustration ou de baisse de motivation. Juste ce qu'il faut pour réveiller mon égo.
 
En fait Super Meat Boy c'est un peu "le hardcore gaming pour tous". Puisque ce qu'il y avait de plus frustrant avec les jeux oldschools difficiles je trouve, c'était de recommencer loin en amont en cas d'échec. Voir carrément depuis le début du jeu en cas de game-over. Dans Super Meat Boy, il n'y a généralement pas plus de 10 secondes entre le lieu de départ et le lieu du dernier échec.
 
Mais cette recette magique ne serait rien sans le gameplay millimétré et le level-design ingénieux, varié que propose Super Meat Boy. Obligeant le joueur à faire aussi bien appel à son doigté qu'à un peu de réflexion.

Le résultat est addictif.

Finalement, la seule limite du soft c'est son concept qui, à force, et malgré le fun qu'on peut éprouver en jouant, peut tourner en rond.

 

En résumé : Super Meat Boy est un jeu de plates-formes addictif. Il offre tous les plaisirs du hardcore gaming, sans presque jamais frustrer.

 

8.jpg